Qu’est-ce que l’article 13 et pourquoi Google et YouTube font campagne contre lui ?

Publié par Jerome le novembre 23, 2018 | Maj le novembre 23, 2018

L’Union européenne a présenté sa réforme de la loi sur le droit d’auteur, une proposition qui pourrait mettre un terme au contenu de l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui. L’un des points les plus pertinents et les plus controversés de ce texte est connu sous le nom d'”article 13″, une section réglementant le contenu qui peut être publié sur les principales plateformes et sites Web.

Lors d’un premier vote, les nouvelles mesures ont été adoptées au Parlement européen, mais il reste une marge de manœuvre, puisqu’en janvier 2019, elles devront être approuvées lors d’un deuxième vote. Entre-temps, des entreprises concernées comme Google ont lancé une campagne pour faire pression sur l’Union européenne et tenter de modifier cette réforme qui, par exemple, affecte directement le type de vidéos admises sur Youtube.

Expliquons exactement ce que dit l’article 13, quelle est la position de Google, comment elle affecte les créateurs et ce qui peut arriver à partir de maintenant. Une nouvelle réglementation que de nombreux utilisateurs considèrent avec suspicion car elle entraînerait un changement radical dans le type de contenu actuellement consommé.

Ce que dit l’article 13 de la nouvelle loi sur le droit d’auteur de l’UE

Selon le texte approuvé jusqu’à présent par l’Union européenne, les plates-formes devront veiller à ce que le contenu qu’elles hébergent n’implique pas de violations du droit d’auteur. En d’autres termes, des services tels que Facebook, Twitter ou Google mais aussi Wikipedia ou GitHub devront adopter des mesures et utiliser des techniques de reconnaissance de contenu pour les bloquer directement.

Jusqu’à présent, pour qu’une vidéo soit supprimée, il fallait qu’il y ait une plainte du détenteur des droits, mais le téléchargement de ce type de contenu n’était pas contrôlé. Avec cette nouvelle loi, les grandes plates-formes devront surveiller le contenu à grande échelle et détecter d’éventuelles infractions.

Probablement en raison du coût de ce type de surveillance, l’exigence de l’article 13 ne s’applique qu’aux “grandes plates-formes qui hébergent et promeuvent une quantité importante de contenu”. Il existe donc des sites Web plus petits, bien que la ligne de démarcation entre un type et un autre ne soit pas bien définie.

Utilisation de contenus protégés par les fournisseurs de services de la société de l’information qui stockent et donnent accès à de grandes quantités d’œuvres et d’autres éléments téléchargés par leurs utilisateurs.

Les fournisseurs de services de la société de l’information qui stockent de grandes quantités d’œuvres ou d’autres objets téléchargés par leurs utilisateurs et leur donnent accès au public prennent, en coopération avec les titulaires de droits, les mesures appropriées pour assurer le bon fonctionnement des accords conclus avec ces derniers pour l’utilisation de leurs œuvres ou autres objets, ou pour empêcher que des œuvres ou autres objets identifiés par ces derniers en coopération avec des fournisseurs de services soient mis à leur disposition par leurs services. Ces mesures, telles que l’utilisation de techniques efficaces de reconnaissance des contenus, doivent être appropriées et proportionnées. Les fournisseurs de services fournissent aux titulaires de droits des informations adéquates sur l’application et le déploiement des mesures et, le cas échéant, des informations adéquates sur la reconnaissance et l’utilisation des œuvres et autres objets.

Les États membres veillent à ce que les prestataires de services visés au paragraphe 1 mettent en place des mécanismes de réclamation et de recours à la disposition des utilisateurs en cas de litige concernant l’application des mesures visées au paragraphe 1.

Les États membres facilitent, le cas échéant, la coopération entre les fournisseurs de services de la société de l’information et les titulaires de droits par le biais de dialogues entre les parties intéressées afin d’identifier les meilleures pratiques, telles que les techniques de reconnaissance d’un contenu approprié et proportionné, en tenant compte, notamment, de la nature des services, de la disponibilité des technologies et de leur efficacité au regard des évolutions technologiques.

Pourquoi YouTube et Google font campagne contre lui

Une fois la résolution connue, des entreprises comme Google ont décidé de s’y opposer et de faire campagne pour essayer de changer la loi. Richard Gingras, vice-président de Google News explique au Guardian que cette nouvelle réglementation pourrait affecter des services tels que Google News et YouTube. Et contrairement à la première, la plate-forme vidéo est une importante source de revenus pour Google.

La compagnie donne comme exemple la vidéo de “Despacito” de Luis Fonsi. Ils expliquent que la vidéo contient divers droits d’auteur, des enregistrements sonores aux droits d’édition multiples, où est le problème ? Bien que Youtube ait des accords avec plusieurs entités pour le publier, certains de ces droits sont inconnus. Conformément à l’article 13, Google devrait bloquer cette vidéo en cas de violation possible du droit d’auteur. C’est un exemple extrême où de nombreux acteurs sont impliqués, mais cela montre la difficulté de déterminer quelles vidéos doivent être bloquées.

Google dispose déjà d’un’Content ID’ pour filtrer les vidéos selon qu’elles sont sous copyright ou non. Mais la nouvelle législation de l’UE les obligerait à utiliser cet outil de manière beaucoup plus stricte.
Si l’on ajoute à cela les millions de vidéos hébergées sur Youtube, il en résulte une situation très difficile à gérer, même pour une entreprise avec autant de ressources que Google. Chaque minute, vous téléchargez 400 heures de vidéo et il n’est pas facile de passer en revue tout ce contenu de manière préventive. Malgré cela, Youtube dispose déjà d’un outil appelé Content ID qui analyse tout le contenu téléchargé sur sa plate-forme. Un ajout qui a déjà confronté Google avec des artistes dans le passé pour des questions de droit d’auteur, mais cette fois-ci, la société aurait techniquement aux côtés des créateurs de contenu.

Youtube dispose déjà d’une énorme base de données qui collecte les licences et les politiques d’utilisation par le biais de l’identification du contenu. Fondamentalement, l’Union européenne officialiserait le fait que cet outil de filtrage devrait être utilisé plus largement et bloquerait tous les contenus qui ont été identifiés comme contenus protégés. Google est d’accord avec le contenu et les objectifs de l’article 13, mais prévient que “la version actuelle telle qu’elle est rédigée pourrait avoir de graves conséquences”.

Ce que Google propose

Google a souligné qu’il soutient les objectifs de l’article 13, mais propose des solutions alternatives. L’entreprise souhaite une législation plus équilibrée, qui protège contre les atteintes aux droits mais sans priver les utilisateurs et les créateurs du droit de faire entendre leur voix sur Internet.

Les objectifs de Google incluent la collaboration entre les plates-formes et les détenteurs de droits pour identifier clairement le contenu qui leur appartient. Deuxièmement, qu’il existe un mécanisme de notification avant le retrait et, enfin, une négociation de bonne foi où les licences et les droits sont facilement identifiables. Google affirme que jusqu’à présent Contend ID gère déjà 98% des droits et a payé plus de 2,5 milliards d’euros.

YouTube lui-même a encouragé les créateurs à expliquer dans une vidéo leur position sur l’article 13 et a même créé un site web dédié,’Save Your Internet’, où ils résument leur position sur la nouvelle loi sur le copyright.

Comment cela affecte les créateurs de contenu

Selon Google et d’autres experts, la nouvelle norme menacerait la liberté d’expression de nombreux artistes, jeunes et créateurs de contenu.
Les conséquences de cette loi pour les créateurs de contenu sont imprévisibles. Restreindre le contenu protégé par le droit d’auteur pourrait changer radicalement la grille des vidéos actuellement hébergées sur Youtube. À l’exception des vlogs ou du contenu directement enregistré, toutes les vidéos qui utilisent du matériel supplémentaire comme renfort doivent être bloquées.

Parmi les contenus sensibles nous pouvons trouver des gameplays, des chansons ou des morceaux d’un film à commenter. Actuellement, sur Youtube, il existe des milliers de vidéos qui utilisent ce matériel comme une ressource sur laquelle fonder leur opinion ou leur travail, mais selon l’UE devrait être bloqué. Pour de nombreux créateurs de contenu, cela signifierait que pratiquement aucune vidéo n’est autorisée.

Jaime Altozano, un créateur de contenu populaire spécialisé dans la musique, a commenté sur sa propre chaîne les conséquences que cet article 13 aurait pour lui s’il devait être réaffirmé.

Actuellement, le filtre de contenu Youtube a déjà été activé à plusieurs reprises et a dû prétendre à une utilisation légitime des fragments. Avec la mise en œuvre de cette nouvelle directive, des entreprises telles que Youtube, Instagram ou Twitter seraient responsables et l’on s’attend à ce que la mise en œuvre du bloc soit beaucoup plus stricte. Notre collègue Alesya Crocodile, éditrice de reportages pour Magnet et Xataka et créatrice de contenus sur YouTube, a expliqué à Genbeta que “souvent je fais des références culturelles à des films, du cinéma, des photos, des phrases… dont le contenu est différent, car sans ces références culturelles communes avec mon public, l’essentiel serait perdu.

Ce qu’il reste à partir de maintenant

Comme l’indique Altozano lui-même, l’une des solutions que les créateurs de contenu peuvent apporter est de passer à l’anglais. Sur le marché anglo-saxon, cette réglementation ne s’appliquerait pas, ce qui leur permettrait de sauter le filtre Youtube pour créer du contenu sans crainte d’être bloqués.

D’autre part, le texte final sera soumis à un second vote en janvier 2019. La nouvelle loi sur le droit d’auteur n’est pas encore entrée en vigueur et pourrait être modifiée par les différents représentants. C’est donc au tour des négociations entre utilisateurs et créateurs, acteurs politiques, gestionnaires du droit d’auteur et plates-formes Internet.

Au cours de cette période, les plates-formes contre la nouvelle loi tentent de faire pression sur les députés européens pour qu’ils changent de position. Un certain nombre de militants des droits numériques ont exprimé leur désaccord avec le texte et encouragent également les citoyens à manifester leur rejet. Parmi eux, Vinton Cerf et Tim Berners-Lee, qui dans une lettre ouverte ont estimé que “l’article 13 fait un pas sans précédent vers la transformation de l’Internet d’une plate-forme ouverte de partage et d’innovation à un outil de surveillance et de contrôle automatisé de ses utilisateurs”. Il faudra attendre le début de l’année prochaine pour enfin savoir comment elle sera appliquée et qui sera responsable du contrôle du type de contenu téléchargé par les utilisateurs.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *