Quatre puissances surveillent les progrès de l’enquête sur l’assassinat de Jamal Khashoggi

Publié par Jerome le novembre 13, 2018 | Maj le novembre 13, 2018

Les États-Unis, la France, le Canada et le Royaume-Uni ont de nouveau exprimé leurs vues sur l’assassinat de Khashoggi et appelé les enquêteurs saoudiens à ne pas céder à la recherche de la justice. Plus de 40 jours se sont écoulés depuis la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, qui a été tué le 2 octobre en entrant au consulat de son pays à Istanbul. Au vu des preuves du crime, que la Turquie prétend avoir fournies à plusieurs pays, de hauts responsables de pays comme la France, le Canada et les États-Unis se sont à nouveau prononcés sur l’affaire au cours des dernières heures.

De la capitale française, Paris, où quelque 70 chefs de gouvernement et chefs d’État se sont réunis pour commémorer les 100 ans de l’armistice de la Seconde Guerre mondiale, les réactions ont été mitigées.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt a rencontré le roi Salman bin Abdulaziz à Riyad dimanche. En plus de faire pression pour mettre fin au conflit au Yémen, Hunt s’est prononcé sur l’assassinat de Khashoggi.

“La communauté internationale est horrifiée et indignée par le meurtre brutal de Jamal Khashoggi il y a un mois. Il est clairement inacceptable que toutes les circonstances à l’origine de son assassinat puissent se produire même sans éclaircissements “, a déclaré M. Hunt.

Auparavant, le gouvernement britannique avait demandé une enquête “crédible” sur cette affaire.

La Turquie prétend avoir des audios rebelles et les puissances occidentales réagissent

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a pointé du doigt les échelons supérieurs de l’Arabie saoudite et a déclaré que l’assassinat était prévu à partir de là. Pour lui, une partie de la preuve la plus convaincante se trouve dans les audios que son gouvernement prétend avoir depuis le début de l’enquête et que, ces derniers jours, il a dit avoir distribués entre les pays intéressés comme l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Arabie saoudite et les États-Unis.

L’un de ceux qui ont réagi aux archives a été le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui, après avoir participé à la réunion du GovTech à Paris, a déclaré dans une conférence de presse que, bien qu’il n’ait pas connu les audios envoyés par le gouvernement turc, il sait que l’intelligence de son pays les analyse déjà.

“Les services de renseignement du Canada ont travaillé en étroite collaboration avec les services de renseignement turcs sur cette question et, au Canada, nous avons été largement informés de ce que la Turquie avait à partager à ce sujet “, a dit M. Trudeau, ajoutant qu’il avait rencontré le président Erdogan il y a quelques semaines pour le remercier de sa force à réagir à cette situation.

L’Allemagne a également confirmé, par l’intermédiaire d’un porte-parole du gouvernement, la réception de preuves, mais ne s’est pas prononcée à ce sujet.

En revanche, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré dans une interview sur France 2 qu’il ignorait l’existence des audios. “Si le président turc a des informations à nous donner, il devrait nous les donner “, a-t-il dit.

Le ministre français a ajouté que le président turc ” a un rôle politique particulier dans ces circonstances “, commentaire qui a été rejeté par l’administration Erdogan.

Et aux États-Unis, un fonctionnaire de la Maison-Blanche a déclaré que le président Donald Trump et son homologue Recep Tayyip Erdogan avaient discuté de la manière de réagir au meurtre du journaliste saoudien. La réunion a eu lieu le samedi 10 novembre à Paris, où les dirigeants étaient réunis pour commémorer le centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale.

M. Trump a déclaré cette semaine qu’il voulait se forger une ” opinion plus ferme ” sur cette affaire et sur la réponse que devrait apporter son gouvernement, et le département d’État a déclaré que le chef de la diplomatie, Mike Pompeo, s’était entretenu dimanche avec le prince Mohammed bin Salman et a également souligné que les États-Unis allaient tenir responsables de l’assassinat de Jamal Khashoggi, et que l’Arabie saoudite devrait faire de même.

Le gouvernement saoudien n’a pas encore été sanctionné

Mercredi, le président Trump a déclaré qu’il travaillait avec le Congrès, la Turquie et l’Arabie saoudite pour établir qui est responsable de la mort du journaliste qui s’oppose au royaume.

Alors que le gouvernement américain a cessé d’alimenter les avions de combat saoudiens pour affronter les rebelles Hutid au Yémen, il n’y a toujours pas de sanctions officielles.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a également déclaré qu’il étudiait la réponse de son gouvernement : ” Nous sommes en pourparlers avec nos alliés qui partagent notre position sur cette affaire concernant les prochaines mesures à prendre contre l’Arabie saoudite.

Des opposants politiques et des défenseurs des droits de l’homme en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni ont appelé ces pays à cesser de vendre des armes à l’Arabie saoudite.

Mais le gouvernement britannique a déclaré que ces ventes représentaient des milliards de livres de recettes pour le Royaume-Uni et garantissaient des emplois dans l’industrie, et donc la réponse à l’Arabie devrait tenir compte de cette question.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *