La randonnée pédestre est de plus en plus pratiquée dans le monde. C’est une promenade sportive qui peut durer des heures, des jours ou même plusieurs semaines. La randonnée est un sport de découverte qui nécessite une bonne préparation et des matériels adaptés à chaque milieu. Ce n’est pas une activité qui fait l’objet de compétition à l’opposé de la course d’orientation ou du trial.

Les niveaux de difficulté en randonnée pédestre

La difficulté d’une randonnée s’évalue par rapport à la longueur du circuit, son altitude, sa complexité et son dénivelé. Il existe des systèmes de cotation pour signaler le niveau de difficulté du circuit, notamment celui élaboré par le Club alpin suisse. En effet, ce système a défini les degrés de difficulté de T1 à T6.

  • T1 correspond à une randonnée simple avec un circuit bien tracé, et dont l’orientation est généralement possible sans carte. Le terrain est souvent plat et ne fait courir aux randonneurs aucun risque de chute.
  • T2 fait référence à une randonnée en montagne avec un circuit qui présente parfois des pentes. Sur ce sentier, il est recommandé d’avoir des chaussures de trekking et des notions élémentaires d’orientation.
  • Le niveau T3 se rapporte à une randonnée en montagne exigeante dont le sentier n’est pas nécessairement perceptible partout. C’est ainsi que des cordes ou chaînes peuvent être installées sur les chemins pour permettre d’y prendre appui.
  • T4 correspond à une randonnée alpine avec parfois des traces qui manquent. Le circuit comporte des pentes jonchées de rochers et des herbes délicates. Le passage est également constitué de glacier et non enneigé. Elle nécessite une capacité d’évaluation et d’orientation au-dessus de la normale.
  • Le niveau T5 concerne un circuit parsemé de glaciers et de névés avec beaucoup plus de risque de glissade. C’est une randonnée alpine exigeante qui nécessite une très bonne capacité d’orientation.
  • Le T6 se rapporte à une randonnée alpine difficile. Elle présente des passages d’escalade et des circuits non balisés. Ces circuits nécessitent une expérience alpine certaine et une excellente capacité d’orientation.

La notion d’orientation en randonnée

Il est important de pouvoir se repérer dans la nature quand on fait une randonnée. Ainsi, il existe plusieurs techniques pour faciliter l’orientation. Il y a le balisage, la carte topographique et le GPS de randonnée. Le balisage est un outil de signalisation des chemins pédestres. Plusieurs groupements s’occupent du balisage des circuits en vue de faciliter la tâche aux randonneurs. C’est ainsi que des milliers de kilomètres de circuit ont vu l’installation de balises indiquant des itinéraires pouvant aller jusqu’à 10 000 km. Ces balises sont soit inscrites sur de petits panneaux, soit peintes.

Les cartes topographiques permettent de mesurer les distances et dénivelés, en représentant le relief et la nature des circuits de randonnée. Elles servent à visualiser les sentiers en vue de bien préparer sa randonnée et ainsi anticiper les éventuelles difficultés. Le GPS de randonnée est un instrument de géolocalisation permettant de connaitre sa destination et son itinéraire grâce aux coordonnées géographiques. Il est très utile pour une bonne orientation et un bon repérage.

Les accessoires de randonnée

Pour faire une randonnée, il est important de se doter de tous les accessoires indispensables. Il s’agit du sac à dos, des chaussures, des vêtements et des bâtons. Le sac à dos sert à transporter l’ensemble du matériel essentiel à la randonnée (eau, vêtements, trousse de secours, nourriture…). Ce que doit contenir le sac est relatif à la distance à parcourir, mais aussi au climat. Pour préparer son sac, il faut toujours faire un arbitrage entre ce qu’on a envie d’emporter et le poids à porter. Cependant, plus la marche est légère, plus la randonnée se fait avec aisance.

Le choix des chaussures est une étape importante dans la préparation de la randonnée. Plusieurs types de chaussures existent. Il y a les chaussures à tige montante qui sont faites pour la randonnée en altitude. Les chaussures légères et moins hautes sont destinées à la randonnée sur les montagnes moyennes. On retrouve aussi les chaussures basses pour les circuits moins alpins. Les randonneurs s’habillent en fonction des régions, du climat et des contraintes météorologiques. Il est conseillé de mettre plusieurs couches de vêtements en cas de vent pour éviter l’hypothermie. Les bâtons de marche permettent de faciliter la progression dans les pentes. Ils sont très pratiques dans le montage des tentes et servent aussi à réaliser des attelles.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici