Le QI de l’homme s’est-il dégradé ?

Santé Le QI de l’homme s’est-il dégradé ?

L’intelligence humaine a toujours été à la hauteur des défis et des exigences du temps. Pour la mettre à rude épreuve et déterminer les capacités cognitives d’un individu est apparu le test psychométrique. Le QI ou Quotient Intellectuel produit des scores sur des domaines multiples et variés selon l’âge. Toutefois, certains spécialistes arguent que le QI de l’homme connaîtrait des détériorations. Qu’est-ce qui expliquerait ce déclin ? L’homme perdrait-il ses facultés cognitives avec le temps ? Faisons le point.

Le déclin du Quotient Intellectuel : ce que révèlent les récentes études

Les recherches relatives au QI de l’homme font état d’une baisse des capacités intellectuelles des populations européennes en particulier. Depuis 2017, des voix s’élèvent pour dénoncer ce qu’il y a lieu d’appeler « le déclin de l’intelligence humaine ». Cette courbe descendante du QI s’étend sur une période de 10 ans au minimum. En effet, toutes les études de ces quinze dernières années convergent vers une même réalité : le quotient intellectuel est en nette régression en Europe particulièrement. 

Des études psychométriques de 2013 confirment une baisse du QI. En Angleterre par exemple, la population britannique perd 14 points sur son QI depuis 1999. Dans ce rapport d’une étude publiée dans la revue scientifique intelligence, des pays comme la France et d’autres pays de l’Europe du Nord ne sont pas en reste. En France, il est dit que le pays a reculé de 3,5 points sur son QI en 10 ans (1999-2009). Le rapport en question se présente comme une méta-analyse de plus d’une centaine d’études.

En 2018, un autre rapport norvégien, toujours allant dans le sens d’une baisse de l’intelligence humaine. Parue en juin 2018, cette étude accablante crée la polémique au sein de la communauté scientifique européenne et mondiale. Elle a été réalisée sur un échantillon de 730 000 personnes. Les tests de QI renseignent sur une perte de nos capacités cognitives de 0,33 point tous les ans.

Les chercheurs partent du principe selon lequel l’effet Flynn et son inversion sont deux phénomènes causés par l’environnement immédiat. Le test de 2018 a été le plus relayé, car plus alarmiste. C’est l’œuvre de deux économistes qui essayent de passer en revue les multiples causes de l’effet Flynn. Les chercheurs indiquent pourtant que le QI était sur une base ascendante au XXe siècle.        

Le test des capacités intellectuelles est du psychologue Alfred Binet. En 1905-1906, Binet a besoin de percer le mystère de l’échec scolaire chez les enfants scolarisés. Il a donc élaboré une série de tests, afin de jauger des capacités intellectuelles de chaque élève. La règle est qu’un individu moyen doit avoir un score compris entre 90 et 100. Le meilleur score moyen serait de 100. En dessous de 90 ou 100, on parle d’intelligence inférieure et de personnes retardées ; tandis que lorsque votre score est supérieur à 100, on parle de doués et de surdoués. 

Le déclin du Quotient Intellectuel : ce que révèlent les récentes études

Intelligence artificielle (IA) : la fin de l’intelligence humaine ?

L’intelligence artificielle occupe désormais tout notre quotidien. PC, smartphone, Web 2.0, machine learning, etc., sont autant d’éléments qui nous plongent dans l’univers de l’IA. Remplacera-t-elle l’homme ? L’homme deviendrait-il plus bête à cause de l’IA ?

L’homme s’est montré capable d’évoluer de façon spectaculaire avec le monde en mutation et sa symbiose toujours plus grande avec la technologie. Mais nous voyons aussi l’homme revenir aux bases, comme l’ont montré Pavlov et ses chiens.

Les instincts basiques de l’homme sont visibles par exemple dans la prolifération des jeux de casino et la popularité de ces derniers. Cliquer continuellement sur les boutons des nombreuses machines à sous proposées dans les principaux casinos en ligne ne va certainement pas aider l’homme à évoluer, et son QI ne va certainement pas s’améliorer.

Outre les facilités qu’offrent les outils de l’IA, Internet nous donne accès à différentes informations en quelques clics. Il suffit aujourd’hui d’introduire sa requête dans une barre de recherche et d’avoir l’information recherchée. Cette facilitation contribuerait à baisser les capacités intellectuelles de l’homme. Au final, on aura toujours besoin de l’apport de l’homme pour devoir analyser, synthétiser…ou assurer la maintenance de machines intelligentes.

Revue et critique de l’étude norvégienne sur l’intelligence de l’homme

L’étude norvégienne sur le déclin de l’intelligence de l’homme ne fait pas l’unanimité. Elle a reçu des critiques de par le monde. Pourquoi un tel acharnement ? Il faut tout de même dire que les résultats de cette étude ont été médiatisés au point d’en faire une fixation. Les critiques émises concernent particulièrement le lieu, l’échantillon et la taille de l’étude.

Le lieu de l’étude

Le premier reproche fait à cette étude provient du fait qu’elle a été menée dans une région à faible densité de la population. Les chercheurs estiment qu’on ne pourrait transposer les résultats d’une telle étude sur toute l’Europe, voire le monde. La population norvégienne est estimée à 5,433 millions d’habitants, près du quart des grandes nations telles que l’Allemagne, la France, et autres.

La taille de l’échantillon

L’échantillon utilisé n’a pas toujours convaincu les autres chercheurs. Le nombre est important face à la rigueur de la recherche scientifique. Un échantillon de 730 000 ne peut pas permettre de donner des statistiques globales. De plus, les analyses s’effectuaient dans les familles et généralement dans les mêmes familles. Ceci limite l’analyse objective de la baisse du QI de la cohorte norvégienne. Résultats : les deux chercheurs norvégiens se sont retrouvés avec des courbes quasi identiques.

L’objet de l’étude

Le dernier point de critique porte sur l’objet de la recherche. Ici, l’objet de recherche portait essentiellement sur les causes, et non la recherche de preuves de confirmation ou d’infirmation. Certains spécialistes considèrent donc l’étude comme moins globale.

En somme, il est admis aujourd’hui que l’intelligence humaine évolue en dents de scie. Le constat de ces dernières années est sans doute révélateur. Le QI de l’homme connaît des contre-performances d’un pays à un autre. Du point de vue général, certains experts observent plutôt un score moyen moins alarmant contrairement à certaines études publiées jusqu’ici. Ce déclin qui serait l’œuvre de plusieurs facteurs (pollution, piètres santé et éducation, mauvaise alimentation, grande automatisation des tâches, etc.).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
[yuzo id="61526"]