Comment la publicité influence le poids de votre enfant

Publié par Jerome le octobre 18, 2018 | Maj le octobre 18, 2018

Les enfants regardent environ 25 publicités télévisées par jour en Espagne pour la nourriture et les boissons et la plupart d’entre eux sont en mauvaise santé. Pendant l’enfance, nous ne sommes pas conscients du but commercial ou persuasif de la publicité. L’explication réside dans le fait que jusqu’à l’âge de 12 ans, les êtres humains n’ont pas la maturité cognitive nécessaire pour remettre en question les messages commerciaux. Il les considère comme vraies, justes et précises quand elles ne le sont pas toujours. De plus, bien qu’ils reçoivent des conseils d’adultes pour choisir d’autres produits plus sains, les garçons et les filles préfèrent les produits annoncés. La publicité sur les aliments est souvent trompeuse pour les adultes également, car jusqu’à 80 % des aliments et des boissons qui font l’objet d’allégations santé et nutritionnelles positives sont en fait malsaines. “Les familles exigent que la santé passe avant les intérêts économiques de l’industrie alimentaire “, explique Leticia Cardenal, présidente de la CEAPA.

LA publicité influence vraiment le poids d’un enfant ?

La plupart des publicités sur les produits alimentaires font référence à des produits malsains qui contribuent au développement de l’obésité infantile – 45% des enfants en Espagne sont en surpoids ou obèses – et à l’augmentation du risque de développer des maladies cardiovasculaires et des cancers à l’avenir. En particulier, l’étude la plus récente de la population pédiatrique (Aladin 2015), qui utilise les critères de l’OMS, indique que le pourcentage d’enfants en surpoids en Espagne est d’environ 23% et celui des enfants obèses, d’environ 18%.

“La publicité pour les aliments et les boissons malsaines est l’une des principales causes de l’épidémie d’obésité infantile dont nous souffrons en Espagne, et cela est dû au manque d’efficacité de la réglementation actuelle pour protéger nos fils et filles. La proposition que nous faisons est rentable, promeut des environnements sains, protège une population vulnérable, aide les enfants à manger sainement, réduit les inégalités sociales de santé, augmente la liberté de choix individuelle des parents et bénéficie du soutien des scientifiques, des professionnels de santé et des consommateurs “, explique Miguel Angel Royo, représentant du SESPAS.

Pas à l’heure des enfants, ni avec des jouets ou des cadeaux.

Afin de sélectionner des produits sains dont la publicité serait autorisée, il est proposé d’appliquer le profil nutritionnel de la région européenne proposé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le champ d’application de la loi devrait couvrir tous les supports publicitaires et en particulier : la télévision, le cinéma et la radio ; la presse écrite et les espaces publicitaires extérieurs (panneaux publicitaires, moyens de transport, etc.), l’Internet, les applications de jeux vidéo publicitaires, la téléphonie mobile et le parrainage (congrès, conférences, fêtes, etc.). Ce type de réglementation fonctionne déjà dans d’autres pays, comme c’est le cas au Chili, qui non seulement couvre la publicité, mais met également un terme à un étiquetage confus et trompeur.

Parmi les propositions, il est proposé qu’elles ne soient pas diffusées pendant l’heure des enfants (de 6h00 à 22h00) sur les chaînes générales ou pour enfants, ainsi que sur d’autres programmes diffusés en dehors de l’heure des enfants et destinés aux familles ou impliquant des mineurs, comme c’est le cas de “La Voz Kids” ou “Junior Masterchef”. De plus, ils demandent l’exclusion des formules 3×2, des crochets commerciaux (cadeaux, concours, jouets, objets de collection…) et autres éléments d’attraction pour enfants.

Le directeur de Food Justice, Javier Guzmán, a demandé à l’administration publique de changer sa stratégie dans la lutte contre l’obésité infantile et la mauvaise nutrition et de supposer que l’avoir laissé entre les mains des entreprises elles-mêmes a été une énorme erreur. “Nous avons besoin de politiques publiques qui protègent les enfants contre le bombardement incontrôlé de publicités alimentaires malsaines “, dit-elle.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *