Le prince saoudien a dit à Trump que Khashoggi était un “islamiste dangereux”.

Publié par Jerome le novembre 2, 2018 | Maj le novembre 2, 2018

Le prince héritier saoudien Mohamed bin Salman a assuré au président américain Donald Trump que le journaliste Jamal Khashoggi était un “islamiste dangereux” quelques jours après sa disparition.

Mohamed bin Salman et ces nombreux mensonges

L’appel entre Trump et le prince impliquait également John Bolton, conseiller américain pour la sécurité nationale, et Jared Kushner, gendre de Trump, a rapporté jeudi le Washington Post.

Selon le journal de la capitale, qui cite des sources au courant de l’appel, il a eu lieu après la disparition du journaliste le 2 octobre et avant que l’Arabie saoudite ne reconnaisse son meurtre le 20 octobre.

Le prince Mohamed bin Salman y tentait de justifier à ses interlocuteurs que Khashoggi appartenait aux Frères musulmans et exhortait Kushner et Bolton à ce que Washington maintienne sa forte alliance avec Riyadh. Un fonctionnaire saoudien a nié au Washington Post que le Prince saoudien ait fait ces commentaires.

La famille du journaliste les a rejetés dans une déclaration : “Jamal Khashoggi n’appartenait pas aux Frères musulmans. Il a nié ces accusations à plusieurs reprises au cours des dernières années. “Jamal Khashoggi n’était en aucun cas une personne dangereuse. Dire le contraire serait ridicule”, a-t-il ajouté. Khashoggi, qui était basé à Washington et travaillait pour le Post, a disparu le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul alors qu’il était en route pour recueillir des documents pour épouser sa fiancée turque.

Au départ, l’Arabie saoudite avait déclaré que Khashoggi avait quitté le consulat de son propre chef, mais au fil des jours, sous la pression internationale et avec les preuves de la Turquie, le royaume a admis que le journaliste était mort dans ses locaux.

Bien que cette première version affirmait que Khashoggi était mort dans un combat, Riad a reconnu plus tard qu’il s’agissait d’un meurtre prémédité.

Au consulat, Khashoggi était attendu par une quinzaine d’agents saoudiens arrivés à Istanbul la veille au soir, dont quatre membres du plan de sécurité du prince saoudien, qui nie à ce jour toute implication dans ce crime.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *