Le prince héritier Bin Salman qualifie la mort de Khashoggi de “crime odieux”.

Publié par Jerome le octobre 24, 2018 | Maj le octobre 24, 2018

Le Prince héritier d’Arabie saoudite, Mohamed bin Salman, a évoqué pour la première fois mercredi le meurtre du journaliste dissident Jamal Khashoggi le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul, le décrivant dans un discours à Riyad comme “un crime odieux qui ne peut trouver aucune justification”.

Une mort honteuse selon Mohamed bin Salman

Bin Salman, qui est actuellement ministre de la Défense et est considéré comme l’homme fort du royaume, s’est adressé au public de la Future Investment Initiative, le “Davos du désert”, dont un grand nombre d’hommes d’affaires et de dirigeants politiques du monde entier ont été absents ces dernières semaines pour protester contre la mort de Khashoggi.

Dans son discours, le Prince a confirmé qu’il allait remodeler les agences de sécurité du royaume, qu’il supervise. “En fin de compte, la justice l’emportera”, a-t-il dit. “Ils ne nous diviseront pas tant qu’il y aura un roi nommé Salman bin Abdul Aziz, un héritier nommé Mohamed bin Salman et un président en Turquie nommé Erdogan.

Ses propos sont une tentative d’apaisement de la Turquie, dont les services de renseignement ont reconstitué le crime et révélé les résultats, y compris un discours de son président, Recep Tayyip Erdogan, mardi, dans lequel il a qualifié l’opération de “meurtre brutal. Par la suite, Donald Trump a décrit la version de Riad comme ” le pire alibi de l’histoire des coupures “.

“Ne peut en aucun cas être justifié.”

La Couronne saoudienne soutient que la mort de Khashoggi était une erreur malheureuse, un interrogatoire frustré qui a entraîné un combat mortel. Toutefois, la Turquie a trouvé suffisamment de preuves que 15 Saoudiens se sont rendus à Istanbul entre le 1er et le 2 octobre avec un plan détaillé pour assassiner Khashoggi, y compris l’utilisation d’un double pour induire en erreur. Plusieurs des personnes impliquées étaient des proches collaborateurs de Bin Salman et ont été relevées de leurs fonctions.

“Cet incident est très douloureux, pour tous les Saoudiens. Elle ne peut en aucun cas être justifiée”, a ajouté le Prince. Mardi, lui et son père, le roi Salman, ont reçu deux des fils du journaliste décédé, Salah et Sahel, à Riyadh.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *