Le président affronte également la CIA et l’armée.

Publié par Simon Taquet le novembre 21, 2018 | Maj le novembre 21, 2018

Bien que la CIA ait conclu que l’ordre de tuer le dissident Jamal Kashoggi venait directement du Prince héritier saoudien Mohamed bin Salman, Donald Trump a rendu hier une décision sans précédent avec de graves conséquences pour les Etats-Unis.

Donald Trump va toujours plus loin dans ces déclarations !

Le président a pris ses distances par rapport à ses propres services de renseignement et a placé les intérêts économiques au-dessus de la défense des droits de l’homme. Dans une déclaration inhabituelle, commençant par la proclamation “America First”, Trump est allé jusqu’à remettre en question l’honorabilité de la victime et a annoncé qu’il n’y aurait aucune représailles pour son meurtre. Earlier, la CIA a remis au président un rapport qui a pris sept semaines à préparer et qui contient des preuves irréfutables que Bin Salman était non seulement au courant de l’opération pour tuer Khashoggi le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul, mais que lui-même avait ordonné son exécution et mobilisé des gens en qui il avait confiance. Les services de renseignements américains ont des enregistrements sonores des derniers moments de la vie de Khashoggi, qui vivait à Washington et était chroniqueur au Washington Post. Le président a refusé de les écouter. Sans même avoir lu l’intégralité du rapport de la CIA, Trump a publié hier une déclaration proclamant que Bin Salman “aurait pu être au courant de cet événement tragique – ou peut-être pas ! Jamais auparavant un président américain n’avait ainsi remis en cause les conclusions de ses propres services de renseignement. Encore moins avec une déclaration qui ressemble davantage à une succession de messages sur le réseau social Twitter qu’à une annonce officielle de politique et de diplomatie. Il l’a également fait quelques minutes avant la cérémonie annuelle au cours de laquelle le président pardonne une dinde à la veille de l’Action de grâce, ce qui a conduit CNN à proclamer : “Trump pardonne la dinde et l’Arabie saoudite.

Le communiqué est intitulé “Déclaration du Président Donald J. Trump sur son soutien à l’Arabie Saoudite”. Il commence par parler de l’Iran et de son soutien au terrorisme ; il rappelle ensuite que Riyad a promis de dépenser 450 milliards de dollars pour acheter des produits américains -” quelque chose qui va créer des centaines de milliers d’emplois “-, et assure que Riyad considère Khashoggi, qui était un journaliste, “ennemi de l’Etat” et membre des Frères musulmans. Dans un affront à la CIA, le président sûr que “nous ne connaîtrons peut-être jamais tous les faits”. Bref, Trump est satisfait des sanctions légères appliquées jusqu’à présent : sanctions économiques contre 17 Saoudiens et retrait de visas pour 21 autres.

Le fait que les États-Unis renoncent à exercer des pressions sur un allié que les services de renseignement américains eux-mêmes accusent d’avoir assassiné un dissident dans un pays étranger est un revirement fondamental pour un pays qui s’est fixé comme objectif de promouvoir la démocratie dans le monde . D’autant plus lorsque la victime était résidente américaine et travaillait pour l’un des principaux journaux du pays. C’est, en fait, le point culminant du virage isolationniste que Trump a promis pendant la campagne électorale. Comme le dit le président lui-même à la fin de son communiqué : “C’est très simple, il s’agit de faire passer l’Amérique en premier.

Ces derniers jours, le président a ouvert un front après l’autre avec des institutions étatiques qui étaient auparavant très éloignées des hauts et des bas quotidiens de la politique. Même l’armée n’est pas en sécurité. Après avoir sauté deux hommages aux morts de la guerre lors d’un voyage à Paris et à Washington, le président s’est moqué dans une interview de l’amiral William H. McRaven, responsable de l’opération réussie visant à capturer et tuer Oussama ben Laden. “C’est un fan d’Hillary Clinton”, a-t-il dit. “Et n’aurait-il pas été préférable de capturer Ben Laden plus tôt ?” McRaven avait critiqué le président pour son mépris de la presse, qu’il avait décrit l’année dernière comme une ” sérieuse menace pour la démocratie.

données

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *