Poutine teste son nouveau missile nucléaire dans un contexte de controverse sur la possibilité d’une guerre atomique

Publié par Simon Taquet le décembre 28, 2018 | Maj le décembre 28, 2018

C’est un excellent cadeau de Noël pour le pays. Les missiles Avangard garantiront la sécurité du pays pendant des décennies , a déclaré hier le président Vladimir Poutine alors qu’il se rendait au centre de commandement du ministère de la Défense pour superviser le test final de cette nouvelle fusée de croisière hypersonique. Selon lui, la Russie dispose désormais d’un nouveau type d’arme stratégique. Le nouveau système Avangard est invulnérable aux dispositifs actuels de défense antimissile et anti-aérienne et à ceux que l’ennemi est susceptible de posséder à court terme. Il a également rappelé aux membres de son gouvernement qu’il avait lui-même annoncé la prochaine apparition des missiles Avangard le 1er mars, lors de son discours sur l’état de la nation devant les deux chambres du Parlement. Il a ensuite parlé de bien d’autres armes invincibles, dont les roquettes Kinzhal pour chasseurs-bombardiers à grande vitesse et maniabilité, et les missiles Sarmat qui, selon le chef du Kremlin, sont impossibles à intercepter.

L’Avangard le nouveau missile de Poutine

L’Avangard testé hier a été tiré depuis la base de Dombarovski, au sud de l’Oural, et, après avoir couvert toute la Sibérie, à plus de 6 000 kilomètres à l’est, a atteint une cible installée dans le champ de tir de Kura sur la péninsule du Kamchatka. Le ministère de la Défense a proposé une vidéo montrant le lancement du missile à partir d’un silo souterrain dont la porte était recouverte de neige.

Dans son communiqué de presse, le ministère militaire rapporte que la nouvelle ingéniosité peut atteindre une vitesse supérieure à 20 fois celle du son et voler dans des trajectoires variables (verticale ou horizontale). Cela vous permet de manœuvrer pour contourner les systèmes antimissiles. M. Poutine a indiqué que les Avangards avaient commencé à être mis au point en 2003, un an après que les États-Unis eurent décidé “unilatéralement” d’abandonner le traité sur les missiles ABM pour construire le bouclier ou parapluie controversé contre d’éventuelles attaques nucléaires.

Les Avangards sont propulsés par un missile intercontinental qui peut transporter une ou plusieurs têtes militaires. Chacun d’eux peut planifier et, comme l’a expliqué le président russe en mars d’une manière très graphique, tombe sur sa cible comme une météorite, comme une boule incandescente, atteignant 1 600-2 000 degrés Celsius sur sa surface. Poutine a assuré que les Avangards, dont la production en série a commencé en juillet dernier, entreront en service dans les forces armées russes l’année prochaine.

Washington et Moscou s’accusent mutuellement de provoquer une nouvelle course aux armements. La semaine dernière, lors de sa traditionnelle ” grande conférence de presse ” annuelle, le dirigeant russe a accusé les Etats-Unis de provoquer l’effondrement de l’actuel système international de maîtrise des armements et a mis en garde contre le risque de déclencher une guerre atomique mondiale.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *