Poutine n’exclut pas la guerre nucléaire

Publié par Simon Taquet le décembre 21, 2018 | Maj le décembre 21, 2018

Nous assistons à l’effondrement du système international de limitation des armements et au début d’une nouvelle course aux armements, a déclaré M. Poutine à 1 700 journalistes russes et étrangers.

L’annonce faite par Washington

Dans ses mots et en référence à l’annonce faite par Washington d’abandonner le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) de 1987, qui prévoyait le démantèlement de toutes les roquettes à courte et moyenne portée, “il est difficile d’imaginer comment la situation va évoluer. Si ces missiles apparaissent en Europe, que devons-nous faire ? Bien sûr, nous devrons garantir notre propre sécurité.

Le président russe s’est exprimé en des termes similaires lorsqu’il a parlé du traité START, un traité qui réglemente le nombre autorisé de missiles à longue portée et qui, dans sa formulation actuelle, expire en 2021. Il n’y a pas de pourparlers pour le prolonger, a déclaré Poutine, qui estime que l’absence d’accord sur la question serait très mauvais pour l’humanité, car elle nous rapproche d’une ligne rouge très dangereuse.

Le chef du Kremlin a également noté une tendance alarmante à abaisser le seuil pour l’utilisation des armes nucléaires par la création de petites armes nucléaires et de missiles destinés à transporter les têtes nucléaires mais qui sont équipés de charges classiques. Cela pourrait conduire à une catastrophe nucléaire mondiale, a-t-il averti.

La décision américaine d’abandonner le traité sur les missiles ABM

Poutine a une fois de plus insisté sur la décision américaine d’abandonner le traité sur les missiles ABM, qui, a-t-il ajouté,  a conduit la Russie à devoir réagir en créant de nouvelles armes capables de contourner ces systèmes antimissile. Maintenant, on nous dit que la Russie en a profité. Ouais, c’est vrai. Mais Washington et l’OTAN accusent Moscou de violer l’accord sur les missiles intermédiaires en développant la nouvelle fusée de croisière Novator 9M729 (SSC-8 selon la classification OTAN). C’est pourquoi le président américain, Donald Trump, a annoncé le 20 octobre dernier, à l’issue d’une campagne électorale au Nevada, que son pays ne voit pas l’intérêt de rester dans le cadre du traité FNI : ” La Russie a violé l’accord. Il a été violé pendant de nombreuses années et je ne sais pas pourquoi Obama ne l’a pas négocié ou ne s’est pas retiré “, a dit M. Trump.

Pendant la conférence de presse d’aujourd’hui, qui a duré trois heures et 44 minutes, Poutine a répondu à 68 questions de politique intérieure et internationale. La Syrie, l’Ukraine, les relations de la Russie avec le Royaume-Uni, l’économie du pays et beaucoup d’autres questions ont été soulevées, y compris la possibilité que le président russe se remarie après avoir divorcé de Liudmila.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *