Pourquoi ne pas vous inscrire par l’intermédiaire de votre compte Facebook à n’importe quel service Internet

Publié par Simon Taquet le décembre 12, 2018 | Maj le mars 23, 2019

 

Facebook a colonisé tous nos accès sur le Net. Si vous voulez vous inscrire dans une boutique en ligne, au lieu de remplir chaque champ (ce qui est généralement assez ennuyeux), vous pouvez le faire via votre compte Facebook, beaucoup plus rapidement. Si vous téléchargez une application, la même chose se produit : le logo du réseau social populaire est toujours là pour “aider” à l’enregistrement, sans avoir à entrer un email, un mot de passe, etc. Le problème est que cette action comporte de nombreux risques dont les utilisateurs ne sont pas conscients.

Le scandale de Cambridge Analytica a alerté un grand nombre d’internautes, qui semblent s’être réveillés de la “léthargie” suite aux derniers scandales Facebook, qui semble également avoir partagé des données avec Netflix, Badoo et Airbnb.

Les données personnelles des utilisateurs sont la base même des activités de Mark Zuckerberg. C’est pourquoi PrivacyCloud, une entreprise qui travaille à protéger le droit à la vie privée sur Internet, se bat pour sensibiliser les utilisateurs aux risques liés à l’accès à différents sites Web ou applications en se “connectant” sur Facebook, ce que 45% des Espagnols font régulièrement, selon une étude réalisée par l’entreprise elle-même. Comme l’explique Sergio Maldonado, PDG de PrivacyCloud, ” l’intuition est de penser que les réseaux sociaux tirent profit du nom, des données du profil, de la photo et du courriel, mais cette idée est loin de la réalité, ce n’est que la pointe de l’iceberg “. Selon l’expert, “Facebook est conçu pour enregistrer nos heures de connexion, le nombre de publications et leur contenu, les amitiés, “I like it” et le contenu auquel vous réagissez. Avec toutes ces informations, la page crée un profil de l’utilisateur où ses habitudes, ses goûts et ses intérêts sont enregistrés”.

Maldonado estime que “l’arrivée des smartphones a également contribué à violer la vie privée parce que le ‘apps’ ; peut accéder au microphone, caméra, voir l’emplacement… Mais à mesure que de nouveaux outils sont ajoutés aux appareils, comme la prise d’empreintes digitales ou la reconnaissance faciale, l’éventail des données d’utilisateur auxquelles ils ont accès augmente, tout comme la valeur des données. La conclusion, dans ce scénario, est claire : “Les utilisateurs doivent prendre le contrôle de nos données et empêcher les tiers de commercer avec eux avec les bons outils et nous rendre propriétaires de notre vie numérique”, conclut-il.

Quelle est la valeur des données et à quoi servent-elles ?

La valeur des données dépend de la façon dont elles ont été obtenues, de leur fiabilité et de la quantité d’informations recueillies par la plate-forme qui les enregistre. Facebook, qui compte déjà plus de 2,2 milliards d’utilisateurs qui envoient des informations en temps réel depuis leur téléphone portable, une véritable mine d’or.

La possibilité de s’inscrire via Facebook à d’autres applications a augmenté les risques liés à l’échange de données personnelles. Si la case correspondante n’est pas désactivée (ou si une formule alternative est utilisée), des tiers ont accès aux informations détenues par le réseau social, tandis que ce dernier enrichit ses propres bases de données.

PrivacyCloud propose de devenir le courtier en données des citoyens avec son application WeRule, disponible pour iOS et Android. Il s’agit d’une plate-forme qui gère l’information, permettant à l’utilisateur de choisir avec qui partager les données et retourner les bénéfices générés par cette information.

>

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *