Le Portugal accepte avec la France et l’Espagne d’accueillir dix des 58 immigrants d’Aquarius

Publié par Jerome le octobre 6, 2018 | Maj le octobre 6, 2018

Le gouvernement portugais a proposé d’accueillir dix des 58 migrants à bord du Verseau, qu’il a secouru entre vendredi et dimanche dans les eaux proches de la Libye et qui, pour le moment, ne dispose pas d’un port sûr pour les débarquer.

L’accueil des migrants en France, espagne et au Portugal

Dans une déclaration, l’Exécutif d’Antonio Costa a annoncé que ” le Portugal a accepté avec l’Espagne et la France ” l’accueil de ces dix migrants ” dans le cadre de la réponse solidaire au flux de migrants tentant d’atteindre l’Europe par la Méditerranée “, sans donner plus de détails sur les circonstances.

Le gouvernement portugais a également réitéré sa défense d'”une solution européenne intégrée, stable et permanente pour répondre à ce défi migratoire”.

Pendant ce temps, et “compte tenu de la situation d’urgence dans laquelle se trouvent ces personnes”, il a exprimé “une fois de plus sa volonté d’accueillir, en solidarité et de concert avec l’Espagne et la France, une partie du groupe des migrants”.

Le bateau de sauvetage, exploité par les ONG Médecins Sans Frontières (MSF) et SOS Méditerranée, navigue actuellement vers le port français de Marseille, bien que le gouvernement français l’ait déjà averti qu’il n’a pas l’intention d’autoriser l’embarquement des migrants à bord. Tôt le matin, le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a reconnu que son gouvernement “pour l’instant” ne prévoit pas d’autoriser l’entrée du navire Aquarius. Cependant, il a précisé que ce sera le président, Emmanuel Macron, le premier ministre et le responsable de l’intérieur “qui décidera”.

“Marseille n’est pas le port le plus proche”, a déclaré le ministre de l’Economie, qui a appelé au respect des “règles européennes”, sans se référer directement à un pays particulier. A cet égard, il a rappelé que la France a déjà assumé une responsabilité ” significative ” dans l’accueil des demandeurs d’asile.

Par la suite, des sources de l’Elysée ont indiqué aux médias français que le navire de sauvetage a été suggéré pour se rendre à Malte, car il est plus proche.

Le Verseau s’est mis en route lundi pour Marseille, après que le Panama ait annoncé le retrait du drapeau ” sous la pression économique et politique flagrante du gouvernement italien “, selon les ONG. “Nous demandons officiellement aux autorités françaises d’autoriser les personnes à bord à débarquer en France pour des raisons humanitaires. C’est la seule option “, a déclaré Frédéric Penard, directeur des opérations de SOS Méditerranée, lors d’une conférence de presse.

Parmi les 58 migrants à bord se trouvent 17 femmes, 18 mineurs et trois jeunes enfants, selon les ONG.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *