La police fouille les environs pour trouver Radoine Faïd, le ” roi de la fuite “.

Publié par Jerome le octobre 3, 2018 | Maj le octobre 3, 2018

La police française semble être sur les talons du fugitif le plus recherché de l’histoire policière récente, sans succès. Redoine Faïd est toujours en liberté après s’être évadé en juillet par hélicoptère d’une prison du nord de la France. Redoine Faïd, condamné à 25 ans de prison en avril 2010 pour tentative de vol à main armée ayant coûté la vie à une policière, s’est évadé le 1er juillet dans une évasion spectaculaire par hélicoptère de la prison de Réau (Seine-et-Marne).

Un prisonnier dangereux

Mercredi matin 5 septembre 2018, une cinquantaine de policiers de la région de Versailles ont effectué une série de perquisitions dans différentes localités de l’Oise, ciblant spécifiquement les membres de l’environnement familial de l’homme, selon la station de radio ” France-Info “. Mais personne n’a été arrêté.

Selon une source de l’enquête citée par l’agence de l’AFP, la police ne s’attendait pas à appréhender Faïd, mais elle savait si sa famille avait été contactée durant cette période. Le 10 juillet, les enquêteurs ont trouvé dans le nord de Paris un sac à main contenant des armes, des masques de ski et une scie électrique qui appartenait au commandement qui aurait libéré le criminel. Une semaine auparavant, le dernier véhicule dans lequel il aurait pu circuler avait été trouvé dans le nord de la région parisienne.

Enfin, le 24 juillet, le fugitif de 46 ans a échappé de justesse aux forces de l’ordre dans la région de l’Oise. La poursuite des gendarmes s’est terminée dans le parking d’un centre commercial à Sarcelles, toujours au nord de Paris. Faïd et son complice y abandonnent leur voiture et parviennent à s’échapper. De fausses plaques d’immatriculation et des jouets explosifs ont été trouvés dans la voiture.

Ministre de la Justice : il y a eu “une série de dysfonctionnements”.

Face aux critiques de l’opposition, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a reconnu que dans ce cas, il y avait “une série de dysfonctionnements” dans la prison.

La gendarmerie a également été accusée d’être “irréactive”. La direction interrégionale de la région Ile-de-France avait alerté sur ” une menace sérieuse de passage possible à l’acte ” du détenu.

Faïd est connu comme le ” roi de l’évasion ” puisqu’il s’est évadé le 13 avril 2013 en moins d’une demi-heure de la prison de Lille-Sequedin, prenant quatre gardes en otage et les prenant ensuite comme boucliers humains. Il a été repris six semaines plus tard dans les environs de Paris.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *