Plus de 150 pays approuvent le premier pacte migratoire mondial de l’ONU

Publié par Simon Taquet le décembre 13, 2018 | Maj le décembre 13, 2018

L’approbation s’est faite par acclamation lors de la session plénière présidée par le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, la Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies Maria Fernanda Espinosa et Naser Burita, Ministre des affaires étrangères du Maroc, le pays hôte de la conférence.

L’intervention d’António Guterres

Au cours de son intervention, António Guterres a envoyé un message aux pays qui ont refusé de signer le pacte ou qui ont exprimé des réserves sur le texte ou demandé du temps, déclarant que ” ce n’est pas un traité et qu’il n’est pas juridiquement contraignant ” et laissant la porte ouverte à leur adhésion ultérieure.

Le texte garantit ” le droit souverain des Etats de déterminer leur politique migratoire et leur prérogative de gouverner la migration dans leur juridiction, conformément au droit international “, a insisté le Secrétaire général.

Pour sa part, la Présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, Maria Fernanda Espinosa, a rappelé que ce document est un instrument flexible qui s’adapte aux besoins nationaux des Etats.

” C’est un moment historique parce que nous donnons un visage humain à l’émigration “, a déclaré Mme Espinosa, avant d’ajouter que les Etats, aussi puissants soient-ils, ne peuvent relever seuls le défi migratoire.

Quinze chefs d’Etat, huit premiers ministres et de nombreux ministres et responsables étrangers ont participé à ces deux journées. L’Australie, le Chili, l’Italie, Israël et un grand nombre de pays d’Europe centrale se sont retirés du pacte ces dernières semaines et jusqu’à hier, tandis que les États-Unis s’y sont opposés dès le départ.

En réponse aux réticences, tous les orateurs ont insisté aujourd’hui sur le fait que la souveraineté des Etats ne diminuera en aucune façon et ont souligné que la migration pose des problèmes mondiaux et nécessite des solutions mondiales.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *