Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cette découverte est rare. “C’est une découverte très excitante en raison de la façon dont elle a été découverte, de son orbite tempérée et parce que les exoplanètes de cette taille semblent relativement rares “, explique Adina Feinstein, étudiante diplômée à l’Université de Chicago, selon un communiqué de la NASA. Feinstein a été chargé de parler de ce sujet le 7 janvier dernier lors de la réunion de l’American Astronomical Society tenue à Seattle, et est l’auteur principal de l’article accepté pour publication par The Astronomical Journal.

Dans un système stellaire à deux étoiles

Plus précisément, on le trouve dans le système stellaire connu sous le nom de K2-288, où il y a deux étoiles de type M (froides et faibles), séparées par environ 8,2 milliards de kilomètres, soit six fois la distance entre Saturne et le Soleil. L’étoile la plus brillante est environ deux fois moins massive et plus grande que le Soleil, tandis que son compagnon représente environ un tiers de la masse et de la taille du Soleil. La nouvelle planète orbite autour de la plus petite et la plus faible étoile tous les 31,3 jours.

Dans la brèche de Fulton

Elle est estimée à environ 1,9 fois la Terre, soit la moitié de la taille de Neptune. Cela place la planète dans une catégorie nouvellement découverte appelée Fulton Gap. C’est pourquoi la plupart des exoplanètes sont divisées en deux groupes : les superearths (planètes rocheuses, comme la Terre, mais d’une taille jusqu’à 1?75 fois supérieure à la vôtre) ou les minineptunes (planètes gazeuses, dont la taille serait de 2 à 3 ?

K2-288Bb serait à la limite des deux ou de la Fulton Gap.

Découvert par des scientifiques en herbe

La NASA montre comment elle a été découverte. En 2017, Feinstein et Makennah Bristow, boursiers de premier cycle à l’Université de Caroline du Nord à Asheville, ont travaillé comme stagiaires avec Joshua Schlieder, astrophysicien au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland. Ils ont recherché des données de Kepler pour trouver des preuves de transits, l’atténuation régulière d’une étoile lorsqu’une planète en orbite se déplace sur la face de l’étoile.

En examinant les données de la quatrième campagne d’observation Kepler K2, l’équipe a observé deux transit planétaires probables dans le système. Mais les scientifiques ont besoin d’un troisième transit avant de prétendre à la découverte d’une planète candidate, et il n’y avait pas de troisième signal dans les observations qu’ils ont examinées. Cependant, il s’est avéré que l’équipe n’analysait pas toutes les données.

L’émergence des astronomes amateurs

Dans le mode K2 de Kepler, qui s’étendait de 2014 à 2018, le vaisseau spatial était repositionné pour indiquer un nouvel espace aérien au début de chaque campagne de trois mois. Au départ, les astronomes craignaient que ce repositionnement n’entraîne des erreurs systématiques dans les mesures. C’est ce qui s’est passé avec le K2-288Bb. Cependant, l’information a été rendue publique dans le cadre du projet Exoplanet Explorers, grâce auquel les volontaires peuvent vérifier les données. En mai 2017, des astronomes amateurs ont détecté le troisième transit et ont entamé un débat passionnant sur ce que l’on croyait alors être un candidat de la taille de la Terre dans le système, qui a attiré l’attention de Feinstein et ses collègues.

C’est comme ça que nous l’avons manqué, et les yeux des citoyens scientifiques ont rendu cette découverte extrêmement précieuse, a dit Feinstein.

You may also like

1 COMMENTAIRE

  1. La lacune de Fulton est preuve indisputable de la théorie fission-explosion de Van Flandern comme ces des planètes d’hélium, qui sont des planètes qui explosent, d’où la lacune. D’autres preuves dans les exoplanètes congruentes avec le modèle sont les naines liquides (1,7-4 diamètres de la Terre), les orbites proches des géantes, les planètes jumelées, et les géantes non-appariées. Elle confirme aussi la gravité de Le Sage, qui est nécessaire pour l’explosion des planètes. Et le Méta-Cycle de Van Flandern explique autant les émissions de photons (explosions) et la désintégration des particules sur l’échelle sous-atomique que les explosions de lunes, planètes, étoiles, et galaxies à l’échelle macroscopique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici