Le placement en redressement judiciaire de la société Naf Naf

Actualité Le placement en redressement judiciaire de la société Naf Naf

Après la mise en redressement judiciaire du mastodonte de l’ameublement Alinéa le 13 mai, c’est au tour de l’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf de faire l’objet d’une telle procédure. Le redressement judiciaire de la société Naf Naf a été ouvert ce vendredi 15 mai. Vous l’aurez compris, la crise sanitaire liée au coronavirus n’aura épargné aucun secteur.

Naf Naf en quelques chiffres

Naf Naf, c’est plus de 200 boutiques en France, et plus de 400 points de vente à travers le monde soit une présence dans plus de 40 pays différents.

L’enseigne, créée en 1973, s’est imposée sur le marché du prêt-à-porter grâce à des looks tendances et colorés. Ses atouts ? Son « grand méchant look » et ses nouveautés toutes les 15 jours pour toujours plus d’originalité et de féminité.

Deux ans après son rachat par un consortium d’investisseurs chinois au groupe Vivarte pour 52 millions d’euros, c’est un nouveau coup de massue pour la marque qui se retrouve aujourd’hui confrontée à la mise en place d’une procédure de redressement judiciaire, ouverte par le tribunal de commerce de Bobigny (département de la Seine-Saint-Denis – 93).

Le prêt à porter, un secteur fragilisé par la crise

Le secteur du prêt-à-porter, qui avait déjà subi les conséquences du mouvement des gilets jaunes fin 2018 et des grèves contre la réforme des retraites en 2019, comme beaucoup d’autres secteurs, se voit à nouveau frappé de plein fouet par la crise du coronavirus ; les mesures sanitaires liées au covid19 ayant en effet forcé la plupart des commerçants a cessé leur activité pendant près de 2 mois.

Si la crise sanitaire a fragilisé l’économie des petits commerçants, elle n’a pas épargné les enseignes de grande envergure. En effet, avant Naf Naf, d’autres enseignes d’habillement ont fait l’objet de procédures judiciaires.

Le 1er avril déjà, suite à sa déclaration de cessation de paiements, la marque André a bénéficié de l’ouverture d’un redressement judiciaire ouvert par le tribunal de commerce de Grenoble. Le groupe Spartoo qui détient l’enseigne de chaussures a déclaré la cessation de paiements le 23 mars dernier après que les pertes des magasins se soient chiffrées à plusieurs millions d’euros par jour. André représente 150 points de vente et compte 600 salariés.

Le 21 avril, La Halle, qui appartient au groupe Vivarte, a quant à elle obtenu la protection du tribunal de commerce de Paris avec l’ouverture d’une sauvegarde judiciaire. Rappelons que l’enseigne représente quelques 860 magasins et environ 6 000 salariés en France.

Quel avenir pour l’enseigne Naf Naf?

Suite à sa mise en redressement judiciaire, deux groupes se sont d’ors et déjà portés candidats à la reprise de l’enseigne Naf Naf. Il s’agit du groupe français Beaumanoir et du groupe turc Sy International. Une audience devrait être fixée en juin pour étudier les offres proposées.

S’il est possible qu’une cession intervienne, la mise en place d’un plan de continuation est également une possibilité qui s’offre à l’enseigne.

Tour d’horizon sur la procédure du redressement judiciaire et ses enjeux

Pour les moins aguerris, voici quelques explications qui devraient vous permettre de comprendre l’intérêt et les enjeux du redressement judiciaire. Le redressement judiciaire est une procédure qui s’ouvre devant le tribunal de commerce territorialement compétent (compétence par département) et qui a vocation à remplir trois fonctions. La première étant la poursuite de l’activité de l’entreprise, la seconde l’apurement des dettes et la dernière étant de favoriser le maintien de l’emploi. Le redressement judiciaire entraîne la suspension des poursuites à l’encontre de la société débitrice par les créanciers. Il a également pour vocation de geler les dettes passées mais aussi de permettre à l’entreprise de recréer une trésorerie excédentaire afin de présenter un plan de continuation permettant d’étaler les dettes créées antérieurement sur plusieurs années.

Il peut s’ouvrir sur la base d’une déclaration de cessation des paiements (qui s’effectue dans les 45 jours maximum de la caractérisation de l’état de cessation des paiements) auprès du greffe du tribunal de commerce, sur assignation d’un créancier ou sur saisine d’office du ministère public.

A l’ouverture du redressement, débute alors une période d’observation de six mois maximum, pouvant être renouvelée mais ne pouvant excéder dix-huit mois. A deux mois de l’ouverture, le tribunal est amené à statuer sur la poursuite de la période d’observation puis à six mois de l’ouverture sur son renouvellement. A la date d’anniversaire de l’ouverture du redressement judiciaire, une prorogation exceptionnelle peut être accordée par le ministère public.

Si la période d’observation se déroule favorablement, l’entreprise peut présenter un plan de redressement sur plusieurs années et ainsi sortir de la procédure. Si l’issue de la procédure de redressement semble compromise, le tribunal de commerce pourra prononcer la conversion en liquidation judiciaire ou bien rechercher, par le biais des organes désignés dans la procédure de redressement, procéder à une cession de l’entreprise. Dès lors, l’administrateur judiciaire est chargé de recueillir les offres dans un délai donné afin que le tribunal statue sur les offres et permette la cession de l’entreprise à un repreneur.

Avec ce bref aperçu de la procédure de redressement, vous pourrez maintenant suivre étape par étape l’évolution de la procédure de l’enseigne Naf Naf comme de véritables juristes !

Si l’économie française se trouve confrontée aux premières conséquences du coronavirus, l’industrie américaine semble elle aussi impactée par la crise sanitaire, la chaîne de vêtements JCPenney venant de déclarer sa faillite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -