Les pilotes de Ryanair en Allemagne doublent leur salaire

Publié par Simon Taquet le décembre 13, 2018 | Maj le décembre 13, 2018

Lorsqu’ils seront soumis au droit allemand, les travailleurs seront favorisés par les exigences des accords négociés, le prochain dans quatre ans, et auront la possibilité de créer une entité pour assurer leur représentation. “D’ici février 2019, tous les pilotes basés en Allemagne seront employés en vertu de contrats de droit allemand et ne seront plus des contrats irlandais “, a déclaré le syndicat dans un communiqué. Une fois cet accord conclu, l’entreprise devra adapter les contrats de travail au droit du travail allemand avant la fin de l’année et, à partir du mois d’avril, les travailleurs commenceront également à payer des impôts dans le pays allemand. Étant donné que les taux d’imposition en Allemagne sont inférieurs à ceux de l’Irlande, où ils ont jusqu’à présent été taxés, les pilotes auront un pouvoir d’achat plus élevé. L’accord doit être complété par des documents plus détaillés à signer avant fin février.

Ryanair accepte de payer plus cher ces pilotes

La signature de ces accords a entraîné une baisse de la valeur boursière de 1,8%. Une grande partie du coût de la satisfaction des syndicats sera répercutée sur les passagers avec des mesures telles que celles déjà testées et l’Italie, où la compagnie a commencé à faire payer le transport de bagages à main, une politique controversée qui a même été jusqu’à bloquer l’autorité garantissant la concurrence locale. Toutefois, Ryanair a gagné cette bataille devant le tribunal administratif du Latium et prévoit maintenant de l’étendre aux autres aéroports où elle opère.

Les pilotes de la compagnie aérienne irlandaise stationnée en Allemagne ont fait grève pour la première fois il y a presque un an et en 2018 ont soutenu trois autres arrêts de travail pour exiger des améliorations dans leurs conditions. Ryanair est la plus grande compagnie aérienne low-cost d’Europe. Ses Boeing 737 desservent plus de 215 aéroports dans 37 pays et 86 bases en Europe et en Afrique du Nord. Selon ses propres chiffres, l’entreprise emploie environ 14 500 personnes. En 2017/2018, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 7,15 milliards d’euros et un bénéfice de 1,45 milliard d’euros.

La compagnie aérienne a conclu plusieurs accords

Après avoir refusé de négocier avec les syndicats pendant les trois premières décennies de son existence, Ryanair a fait un tournant à 180 degrés sous la pression des grèves. La compagnie aérienne a conclu plusieurs accords ou principes en accord avec ses pilotes et son personnel navigant en Belgique, en Espagne, en Irlande, au Portugal, au Royaume-Uni et en Italie. Elle prévoit également conclure de nouvelles transactions sur ses principaux marchés avant la fin du mois de mars. Aujourd’hui, en effet, il a également annoncé qu’il avait conclu un accord avec le syndicat portugais du personnel navigant, le SNPVAC, afin que les contrats de ces travailleurs soient régis par le droit portugais. Les négociations avaient été particulièrement tendues dans ce pays, notamment l’épisode de licenciement de plusieurs équipages après les protestations médiatiques de ses membres à Malaga, après ne pas avoir pu atterrir à Porto et prétendre dormir sur le sol. Ryanair, après plusieurs jours d’identification des protagonistes de l’événement, les a tirés de manière fulminante. Or, dans un geste de conciliation avec le syndicat, qui s’était déjà engagé dans une guerre ouverte avec la direction, elle a accepté que les équipages de cabine portugais soient régis par le droit national malgré les pertes que cela entraînera pour la direction de

Ryanair, dans son rapport aux actionnaires de la dernière assemblée générale, a indiqué que si elle devait gérer son personnel selon le régime en vigueur dans chaque pays où elle opère, elle perdrait une partie substantielle de ses avantages concurrentiels. Cependant, malgré cet avertissement, les accords qu’il signe avec les syndicats cèdent sur ce point qui, il y a quelques mois encore, était considéré comme non négociable. L’accord avec le SNPVAC est, en tout état de cause, provisoire jusqu’à sa ratification par les travailleurs. Le vote et l’entrée en vigueur du pacte auraient lieu avant février prochain.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *