Philippe VI occupe une place d’honneur à l’occasion du centenaire de l’armistice de la Première Guerre mondiale.

Publié par Jerome le novembre 12, 2018 | Maj le novembre 12, 2018

Sa Majesté le Roi a assisté hier aux cérémonies commémorant le centenaire de l’armistice qui a mis fin à la Première Guerre mondiale, sur le front occidental, en participant à une place d’honneur à tous les événements qui ont réuni le week-end dernier quelque 80 chefs d’Etat et de gouvernement.

Le Roi d’Espagne en France

Le président français, Emmanuel Macron, et son épouse Brigitte ont reçu Don Felipe avec une cordialité manifeste sur les marches du Palais de l’Elysée, lui réservant une place importante dans la tribune d’honneur de la cérémonie tenue aux pieds de l’Arc de Triomphe, devant la tombe du soldat inconnu.

La présence personnelle du Roi dans les cérémonies de commémoration et de commémoration de l’Armistice s’inscrit dans la grande stèle de la réincorporation historique de l’Espagne aux œuvres de la construction politique de l’Europe. C’est un geste d’amitié et de solidarité avec les principaux alliés bilatéraux (France et Allemagne), dans le cadre d’une solidarité commune pour l’avenir de l’Europe. Don Felipe n’a assisté qu’aux cérémonies à Paris. Après le week-end, participant aux travaux des alliés européens et transatlantiques, le roi s’envolera pour le Pérou, où l’attend Doña Letizia.

Lorsque le Président de la République française et le Chancelier de l’Allemagne ont insisté sur la gravité des défis à relever pour tous les alliés européens, Don Felipe a jugé opportun d’appuyer par sa présence un travail multilatéral, à la fois hautement symbolique et pratique.

Au-delà des engagements de la vie politique quotidienne, la présence du Roi aux cérémonies parisiennes a voulu souligner la vocation et l’engagement national de l’Espagne dans le projet européen commun.

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a également assisté aux manifestations organisées à Paris à l’occasion du centenaire de l’armistice et l’a encouragé à apprendre “des erreurs du passé afin de construire un avenir pacifique”.

A travers son récit officiel sur Twitter, le directeur général a rappelé qu’il y a cent ans, la Grande Guerre a pris fin, un conflit qui a ” bouleversé les fondements du monde “. “Aujourd’hui, plus d’Europe que jamais, a-t-il dit. “Nous partageons une histoire, des valeurs et un projet commun. Tirons les leçons des erreurs du passé pour construire un avenir pacifique”, a-t-il dit dans son message.

Sánchez a été accueilli par Emmanuel Macron à son arrivée au Palais de l’Elysée, où il était accompagné de son épouse, Begoña Gómez, après avoir atterri à la base aérienne de Villacoublay une heure auparavant.

Outre le président du gouvernement, Josep Borrell, ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, s’est rendu dans la capitale française au nom de l’exécutif espagnol.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *