Payer 6 000 euros pour un jeu vidéo trentenaire : c’est le métier du jeu rétro.

Publié par Simon Taquet le novembre 26, 2018 | Maj le novembre 26, 2018

 

Six mille euros pour un jeu vidéo d’il y a trente ans sans ouverture et trois cents euros pour une console dont les titres ne sont plus édités : le secteur connaît une nouvelle vague de furor “rétro” à laquelle visent les nouveaux collectionneurs et les grandes sociétés de jeux vidéo.

“Avant 99% des collectionneurs étaient spécialisés, ils connaissaient parfaitement leurs attentes, maintenant 80% ne savent plus quoi faire. Au cours des dernières années, l’intérêt s’est accru, mais la désinformation s’est également accrue”, déclare Cristian Baldini, un expert dans ce secteur, le scénario actuel. Baldini est propriétaire de l’ancien magasin de jeux vidéo “Akihabara Online”, avec plus de quinze ans d’histoire, ainsi que d’un magasin physique, vend sur Internet – le principal canal de vente du secteur – et participe à de nombreuses foires “rétrogaming” qui peuplent la géographie espagnole.

Le grand salon du secteur, Madrid Games Week a réservé dans sa dernière édition, pour ce type de fournisseurs, qui étaient présents, bien que le rendez-vous le plus important soit le salon à Barcelone. Les plus jeunes – explique-t-il – se sont inscrits au “retro furor” traîné par les longues sagas de jeux vidéo qu’ils jouent aujourd’hui, mais qui ont commencé il y a des décennies.

Ceux qui sont maintenant accrochés à “Resident Evil” cherchent généralement des copies du jeu original, qui est sorti au Japon sous le nom “Biohazard” (1996) et qui se trouve sur les salons pour environ cinquante euros, une pièce qui n’était jusqu’ici pas particulièrement recherchée par les collectionneurs. Il en va de même pour Pokémon, une saga qui a commencé dans les années 1990 et qui continue de rassembler des dépendants parmi les plus jeunes : tout appareil ou jeu lié à la saga est vendu dans toutes les foires, dit cet expert, quel que soit son état.

Un profil assez fermé

Jusqu’à présent, l’acheteur avait un profil assez fermé : des hommes d’une quarantaine d’années, avec un pouvoir d’achat et qui voulaient faire une “collection de ce qu’ils avaient vécu quand ils étaient petits”, affirme Efe Omar Bádenas, propriétaire du Superboniato, autre magasin virtuel spécialisé dans ce secteur qui a ouvert récemment, détectant le boom que le secteur a connu.

“La collection a toujours été ma passion, de plus en plus de gens s’y intéressent”, affirme-t-il, “alors je me suis encouragé à ouvrir le magasin. La pièce la plus chère qu’il apporte habituellement à ses foires est une Sega Saturn avec une boîte pour 300 euros, une console des années 90. Le public intéressé s’élargit de plus en plus et les grandes entreprises rejoignent le chariot : Nintendo a été le premier à déplacer les cartes et ces dernières années a réédité des miniatures de la mythique NES et Super Nintendo, qui a été vendu quelques jours après sa sortie et, jusqu’à ce qu’il décide de reconstituer les stocks, coté au double et triple du prix sur le marché des occasions.

Cette année, Sony a opté pour la même stratégie et a réédité son emblématique PlayStation Classic, qui a vu le jour il y a un quart de siècle et qui comprend une vingtaine de jeux iconiques tels que “Final Fantasy VII”, Grand Theft Auto ou Metal Gear Solid. Face à cette nouvelle vague de “rétrogaming”, les collectionneurs les plus vétérans, ceux qui ont passé les après-midi de leur adolescence dans le loisir et vu la naissance des premières consoles, continuent de porter la partie du secteur qui bouge des figures astronomiques.

Aux foires, pour des raisons de sécurité, les vendeurs ne rêvent pas de porter des pièces dépassant 300 euros, mais sur Internet, Baldini propose, pour environ 6.000 euros, des jeux Neo Geo originaux, un appareil qui est sorti en mode arcade et comme console d’accueil, mais qui reconnaît que les raretés les plus citées peuvent largement dépasser ce chiffre.

>

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *