Obama vient en aide à une opposition sans leadership clair

Publié par Jerome le novembre 6, 2018 | Maj le novembre 6, 2018

Les États-Unis se rendent aux urnes aujourd’hui dans le cadre d’une élection législative qui déterminera l’équilibre des pouvoirs entre républicains et démocrates, conditionnera la seconde moitié de la présidence de Donald Trump et préparera le terrain pour sa réélection.

Qui est le chef des démocrates ?

Les élections mettent en jeu tous les sièges de la Chambre des représentants, ainsi qu’un tiers du Sénat. En outre, 36 gouverneurs sont élus – un poste de grand poids politique – et des milliers de représentants des États et des collectivités locales.

La question principale est de savoir combien de pouvoir l’opposition démocrate à Washington va regagner. Depuis l’élection historique de Donald Trump en 2016, les républicains contrôlent la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès.

Tout indique que les démocrates gagneront du terrain à la Chambre des représentants – avec une bonne chance de regagner une majorité – alors qu’un roulement au Sénat sera beaucoup plus improbable.

Les sondages montrent que le contrôle des 435 sièges de la Chambre basse sera décidé dans 75 districts hautement compétitifs, selon le rapport politique Cook. Seuls cinq d’entre eux décident des sièges qui sont maintenant occupés par des démocrates. En d’autres termes, ceux qui en souffrent sont les républicains, qui risquent de perdre bon nombre des districts qu’ils contrôlent actuellement. Selon cette analyse, la possibilité la plus réaliste pour les démocrates est d’augmenter leur présence à la Chambre des représentants de 30 à 40 sièges. Ce résultat serait la matérialisation de la “marée bleue” dont on parle depuis des mois et qui donnerait la majorité aux démocrates.

Ces changements majoritaires à la Chambre basse ne sont pas exceptionnels aux États-Unis. Les derniers renversements similaires se sont produits dans le pays en 1994, 2006 et 2010. A cette dernière occasion, dans des circonstances similaires aux circonstances actuelles : Barack Obama était arrivé à la présidence deux ans plus tôt, où il bénéficiait d’une majorité démocrate dans les deux chambres et pouvait faire valoir des points centraux de son agenda politique, tels que la réforme sanitaire. En 2010, il a perdu un soutien fondamental à la Chambre des représentants, comme cela pourrait maintenant arriver à Trump.

Pronostic instable

Au Sénat, les options sont beaucoup plus prometteuses pour les républicains. La plupart des sièges en jeu appartiennent à des États où Trump s’est facilement imposé en 2016. S’ils gagnent dans trois des sept États où l’élection est serrée, la Chambre haute restera entre leurs mains.

Quoi qu’il en soit, les élections de midterm sont nombreuses et serrées, et les sondages – qui ont prouvé qu’ils étaient faux – sont moins fiables dans les votes des États que dans les votes nationaux. La soirée électorale peut être longue et tendue, avec de nombreux résultats ajustés et nécessitant des recomptages.

Si les prévisions se réalisent, la Chambre des représentants démocrate deviendra une menace pour Trump. Les comités parlementaires pourraient attaquer le président sur des questions telles que sa déclaration de revenus ou les conflits d’intérêts des sociétés, ainsi que sur le torpillage de l’agenda politique de Trump.

À la recherche d’une direction

En outre, et en l’absence des conclusions du procureur spécial Robert Mueller sur l’enquête sur le présumé complot entre la campagne de Trump et la Russie, les démocrates pourraient utiliser politiquement leur nouvelle majorité sous l’impulsion d’une destitution. Tout indique une polarisation politique encore plus forte à l’approche des élections de 2020, un scénario que Trump n’aimerait pas. En 2020, les élections d’aujourd’hui serviront également à indiquer la direction que le parti démocrate pourrait prendre pour regagner la Maison-Blanche. S’il y a des candidats progressistes qui remportent la victoire dans des États clés – par exemple, Andrew Gillum, gouverneur de la Floride – cette voie pourrait être suivie.

La réalité est que, quoi qu’il arrive aujourd’hui, les démocrates sont loin d’avoir un leader agglutinant qui a le poids pour tenir tête à Trump. Les favoris – Elizabeth Warren, Bernie Sanders, Corey Booker, Kamala Harris – ont eu peu de rôle dans la campagne, dans laquelle Trump a pu manger toute l’attention. L’exception est l’ancien vice-président Joe Biden, qui est très actif dans ces élections mais n’a pas clairement indiqué s’il se présentera (il aura 78 ans en 2020).

Ces lacunes ont été comblées par le grand chef du Parti démocrate, Barack Obama. L’ancien président a été lancé avec la plus grande vigueur dans la dernière ligne droite de la campagne et avec une agressivité rare en lui depuis qu’il a quitté la Maison-Blanche. Il a accusé Donald Trump d’avoir “inventé des choses” et a souligné une grande partie du succès économique dont le président se vante. Et, surtout, il a cherché à mettre l’électeur américain devant le miroir : “L’idiosyncrasie de notre pays est sur le bulletin de vote.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *