La nouvelle taxe (destinée à ceux qui visitent la ville un seul jour) coûtera trois euros et sera appliquée à partir de mai.

A loi a été approuvé cette semaine

Le conseil municipal de la ville italienne de Venise a approuvé cette semaine l’introduction d’une nouvelle taxe à payer par les visiteurs de son centre historique, une “taxe d’entrée” qui vise à contrôler le tourisme de masse. Vingt-deux des 33 représentants locaux présents ont voté pour, grâce à la majorité de droite, une directive a également été adoptée pour rendre immédiate l’application de cette règle, d’après un communiqué du consistoire vénitien.

A Venise, comme dans d’autres villes touristiques en Italie, le visiteur devait payer une taxe pour chaque nuit passée en ville, mais maintenant cette taxe alternative sera payée par celui qui ne visite Venise que pour la journée, que l’on appelle les touristes “mord et court”. L’objectif est de profiter économiquement de l’important flux touristique de la ville, parfois insupportable et contribuant à son dépeuplement aigu et à ses prix élevés, et de mettre les fonds recueillis au service du patrimoine riche et durable de son pays.

Le début de paiement de la taxe à Venise

La taxe devrait commencer à être payée en mai prochain dans la ville du nord de l’Italie et coûtera trois euros cette année, tandis qu’à partir de 2020, elle passera à six euros. Le prix peut atteindre jusqu’à dix euros lorsqu’il y a “un flux touristique exceptionnel et critique”. La taxe, approuvée dans le budget général du gouvernement italien pour 2019, sera incluse dans le billet du moyen de transport avec lequel vous atteindrez la ville des canaux.

Les enfants de moins de six ans, les handicapés, les sportifs et sportives fédérés, les amateurs de sport qui arrivent avec des moyens publics ou des autorités institutionnelles, entre autres, sont gratuites. Au contraire, il a été exclu d’introduire parmi les exemptions les personnes invitées à des cérémonies religieuses ou civiles telles que les mariages, baptêmes et funérailles.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici