Nouveau berceau de l’humanité découvert en Algérie

Publié par Simon Taquet le novembre 30, 2018 | Maj le novembre 30, 2018

Jusqu’à présent, on croyait qu’il fallait beaucoup de temps avant que, par les migrations, la même scène soit reproduite dans le reste du continent mère. Cependant, une nouvelle étude, publiée dans la revue “Science” et dirigée par une équipe du Centre national de recherche sur l’évolution humaine (CENIEH), suggère que cette révolution n’a pas eu lieu une seule fois en un seul lieu. Des scientifiques ont découvert pour la première fois en Algérie, à des milliers de kilomètres des fosses tectoniques à l’est du continent mère, des ustensiles en pierre et des boucheries d’il y a 2,4 millions d’années, presque contemporaines de celles de Gona en Ethiopie. La découverte indique qu’il y avait déjà des hominidés dans la région, ce qui réécrit un chapitre important de la préhistoire et soutient l’idée, comme de nombreux chercheurs l’avaient soupçonné, que plus d’un berceau de l’humanité a pu exister.

Après plus de dix ans de fouilles dures sur le site algérien d’Ain Hanech à Sétif, les scientifiques ont mis au jour 22 mètres de sédiments dans une zone appelée Ain Boucherit jusqu’à ce qu’ils trouvent une vingtaine d’objets sculptés et de multiples os avec traces de coupe sur deux niveaux, un vieux de 2,4 millions d’années et le second de 1,8 million. Les scientifiques ont daté le site avec des techniques modernes de paléomagnétisme et de résonance paramagnétique électronique, une antiquité qu’ils ont corroborée avec celle des animaux trouvés dans le voisinage. “Mohamed Sahnouni, coordinateur du programme d’archéologie du CENIEH et chef de projet, explique par téléphone depuis l’Algérie.

To bone morow

Sahnouni explique que les objets de Ain Boucherit sont, avec quelques variations, “pratiquement les mêmes” que l’ancienne industrie lithique en Afrique orientale. Ils sont faits de calcaire et de silex provenant de roches locales et comprennent des arêtes sculptées et des outils de coupe à arêtes vives utilisés pour le traitement des carcasses d’animaux. Les hominidés ont prélevé les roches des anciens lits des ruisseaux avoisinants, qui sont toujours accessibles. Puis, “ils leur donnèrent, pour ainsi dire, quatre coups jusqu’à ce qu’ils obtinrent un sommet plus tranchant. Ils étaient faciles à saisir d’une seule main et servaient à couper les os et à séparer la viande”, a déclaré Josep Parés, géochronologue au CENIEH et co-auteur de l’étude, à ABC. “Certains pensent que les dalles qui se sont détachées pourraient aussi être utilisées pour couper des éléments plus faibles, comme les peaux “, ajoute-t-il.

Des fossiles de mastodontes, d’éléphants, de chevaux, de rhinocéros, d’hippopotames, d’antilopes, de porcs, d’hyènes et de crocodiles sont également apparus sur le site, en plus de matériel archéologique. Bon nombre de ces os, en particulier ceux des extrémités, des côtes et des restes crâniens, portent des marques produites par les hominidés, ce qui suggère qu’ils ont été dépouillés et charcutés. Des extractions de moelle osseuse sont également observées. Dans ce qui est tout à fait un don archéologique, les découvertes montrent que ces ancêtres primitifs n’étaient pas de simples charognards. Il n’est pas clair s’ils ont chassé, mais ils ont profité de la viande et de la moelle d’animaux de toutes tailles et ont fait concurrence à d’autres carnivores.

Le premier homo

Qui étaient les fabricants de ces outils est une question à laquelle les chercheurs ne peuvent encore répondre. “Nous ne savons pas”, reconnaît Sahnouni. Actuellement, aucun vestige d’hominidés contemporains des premiers artefacts lithiques n’a été trouvé en Afrique du Nord. En fait, la même chose se passe en Afrique de l’Est. Cependant, la récente découverte par l’Ethiopie d’une mâchoire partielle a montré la présence du premier Homo il y a environ 2,8 millions d’années, probablement le meilleur candidat pour être aussi le créateur des matériaux trouvés en Afrique de l’Est et du Nord.

Comme l’explique Sileshi Semaw, scientifique du CENIEH et co-auteur de l’étude, ils pourraient être ” les descendants des hominidés contemporains de Lucy – les fameux Australopithecus afarensis , environ 3,2 millions d’années – qui ont probablement erré au Sahara “. Comme le rappelle Sahnouni, ” les premiers homosexuels avaient une anatomie plus adaptée à une alimentation à base de viande, d’où l’industrie lithique. L’apparition de ces artefacts dans l’Ain Boucherit peut s’expliquer de deux façons : soit il y a eu une expansion rapide de cette technologie en Afrique de l’Est, soit elle s’est développée en deux endroits différents presque en même temps. Le responsable de l’étude est favorable à la deuxième hypothèse. “L’humanité a surgi à différents moments à peu près au même moment. Il y a plus d’un berceau de l’humanité. En fait, c’est toute l’Afrique qui l’est “, souligne-t-il. Pour cette raison, le chercheur croit que de nouvelles découvertes similaires pourraient se produire dans le nord du continent. Et ce n’est pas tout. Les recherches futures se concentreront sur la découverte des fossiles des créateurs de ces outils sur des sites près d’Ain Boucherit, ce qui pourrait élucider le mystère de qui ils étaient vraiment.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *