La menace a eu lieu aujourd’hui, lors d’une conférence de presse où les médias nationaux et internationaux étaient réunis au Palais Miraflores. Au cours de la rencontre, Maduro a dénoncé le fait que la communauté internationale avait transformé ” une inauguration en une guerre mondiale . Ce que nous avons vu ces dernières semaines est sans précédent, toutes les forces extrémistes se sont déchaînées contre le Venezuela dans le but de déstabiliser, de remplir de confusion et de chaos afin de mettre nos richesses à portée de main .

Le Groupe de Lima

Durant son intervention, il a également assuré que le Groupe de Lima, sous la prétendue tutelle de Washington, avait exhorté l’Assemblée nationale, dominée par l’opposition, à annoncer un gouvernement provisoire et un Conseil transitoire, à demander de nouvelles élections présidentielles. Cela, de l’avis du président, n’a pas donné une marge de manœuvre à l’opposition vénézuélienne pour chercher une réponse politique parce qu’elle doit se conformer à l’ordre de renverser Maduro par tous les moyens, c’est un ordre donné par Washington. Et il a souligné : Si le groupe de Lima ne rectifie pas sa position, nous prendrons des mesures plus grossières pour défendre les intérêts vénézuéliens.

Après avoir rappelé le carmonazo du 11 avril 2002, quand Hugo Chávez a été renversé pendant 48 heures” et insisté sur le fait qu’il y a un coup d’état en cours”, il a réitéré qu’il n’était pas prêt à permettre “un quelconque dérapage. Si vous voulez un plan de coup d’Etat, sachez que vous allez faire face à toute la puissance civile et militaire que notre pays a, nous avons la responsabilité de prendre soin de la paix.

Maduro a défendu la légitimité de sa présidence, après avoir remporté le 20 mai dernier une élection non reconnue par l’opposition ou la communauté internationale, ni par la Conférence épiscopale vénézuélienne, qui se positionne aujourd’hui contre sa nouvelle investiture. L’intention d’entamer un nouveau mandat présidentiel le 10 janvier 2019 est illégitime en raison de son origine et ouvre la porte à l’ignorance du gouvernement parce qu’il manque de moyens démocratiques de subsistance en matière de justice et de droit. Selon un communiqué, le pays vit “un régime de facto, sans respect des garanties prévues dans la Constitution et dans les principes les plus élevés de la dignité du peuple.

Manifestation de force

A la veille de leur inauguration, les collectifs dits Chavista, groupes paramilitaires armés, ont fait une démonstration de force pour défendre la révolution Chavista et son leader Maduro avec l’opération “Toma de Caracas” afin de semer la terreur, personne ne sortant dans la rue demain. Les coups de feu ont été entendus tôt le mercredi matin dans la plaine du 23 janvier, un quartier populaire adjacent au palais de Miraflores.

Il est surprenant que les actions des groupes paramilitaires, sous le commandement du vice-président et ancien ministre de l’Education, Aristóbulo Istúriz, aient déplacé la Maison militaire et l’armée chargée de la sécurité de la Présidence.

Il semble que Miraflores ne fasse plus confiance à la Force armée nationale en raison de l’abandon massif et de l’évacuation de ses composantes. Dans les réseaux, il s’est avéré qu’il y a une évasion massive de 4 309 officiers et troupes de la Garde nationale bolivarienne, la GNB, qui ne sont pas retournés à la caserne depuis le 21 décembre malgré l’appel des commandants.

L'actualité :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici