Nexus Q, l’histoire de l’échec matériel le plus retentissant de Google

Publié par emma le octobre 25, 2018 | Maj le octobre 25, 2018

Lors de la conférence Google I/O 2012, le géant de la recherche nous a tous surpris avec un produit matériel au design dérangeant mais aux fonctionnalités accrocheuses. Le Nexus Q, a annoncé ses créateurs, a été le “premier acteur de streaming social et multimédia”.

Cette boule unique dont les câbles finissent par lui donner un look qui rappelait les sentinelles Matrix, mais celle qui a fini par avoir l’honneur d’être le premier produit matériel entièrement conçu par Google a également été un échec retentissant. Quelques semaines après son lancement, il a été annulé pour la vente. Que s’est-il passé ?

Une boule noire au cœur de l’expérience multimédia

Le design caractéristique du Nexus Q a attiré l’attention dès le début. Cette boule noire (dont la partie basse a été découpée pour offrir un support plat sur toute surface) ne présentait pas de contrôles à peine physiques, mais une fine bande de LEDs multicolores qui variaient en fonction de la reproduction musicale.

En fait, il n’y en avait que deux : une commande de volume camouflée au sommet du ballon et une fonction de sourdine sonore activée par un capteur tactile capacitif. À l’intérieur, ils disposaient d’un amplificateur de 25 W qui, selon eux, serait d’une qualité remarquable lorsqu’il est connecté à des haut-parleurs externes.

Derrière eux se trouvaient les connexions : un port TOSLINK pour les cabines à fibre optique qui transmettaient le son, un port HDMI et un port Micro USB qui était orienté pour offrir une connexion aux futurs accessoires.

Plus de musique sociale

L’un des points clés de la proposition Nexus Q était la gestion des playlists, qui est devenue “sociale”. Vous pouvez les partager, afin que ceux qui sont abonnés à ces listes puissent les personnaliser à leur guise, ajouter et supprimer des chansons, ou modifier l’ordre de lecture.

L’idée, bien sûr, était de promouvoir l’utilisation de Google Music, le service par lequel la musique serait diffusée en continu. Le Nexus Q ne s’est pas arrêté là, car l’idée était de pouvoir le connecter à la fois aux haut-parleurs pour profiter de la musique et à la télévision pour pouvoir transmettre des vidéos depuis YouTube ou Google Movies.

L’idée, en fait, était apparue profilée l’année précédente dans le cadre du Projet Tungstène, et Google a décidé de concentrer l’ensemble du cycle de conception et de fabrication aux États-Unis, ce qui n’était ni normal ni normal chez les fabricants de dispositifs électroniques.

Tout était cher sur le Nexus Q : même les câbles

Cependant, les vertus du Nexus Q n’étaient pas aussi importantes que ses limites : le Nexus Q n’était prêt à prendre en charge que les trois services mentionnés dans le lancement, et a abandonné d’autres services en plein essor tels que Spotify ou Rdio dans le segment audio, ou Netflix et Hulu en streaming vidéo.

Il ne prenait pas non plus en charge iOS ou Windows Phone – qui à l’époque détenait une part de marché modeste mais décente -, et curieusement, il n’était pas compatible avec les PC et les ordinateurs portables sur différentes plateformes.

Et ce n’est pas tout : malgré une connectivité WiFi 802.11n et NFC, un processeur ARM OMAP 4460, 1 Go de RAM ou 16 Go de capacité, je n’avais rien d’aussi traditionnel dans ces solutions qu’une télécommande : logiquement je n’en avais pas besoin, car on contrôlait tout avec le mobile.

Curieusement, ce développement avait même un GPU PowerVR SGX540, quelque chose que certains développeurs avec une unité de test ont réussi à tirer parti pour jouer aux jeux Android de Nexus Q. Google, bien sûr, n’a jamais eu l’intention de l’utiliser de cette façon.

Cela limitait l’intérêt potentiel pour un produit avec un autre gros problème : son prix. Google a annoncé que le Nexus Q serait disponible au prix de 299 dollars, auquel pourraient s’ajouter 399 dollars supplémentaires de haut-parleurs spécialement conçus pour accompagner le dispositif, et une paire de câbles en option qui avait un prix supplémentaire de 49 dollars.

C’était trop cher et avait trop de limites, surtout si l’on considère que les concurrents (Sonos ou Apple lui-même avec sa technologie Airplay) semblaient avoir une proposition plus compétitive au moins dans le domaine audio sur lequel le Nexus Q semblait se concentrer.

Un échec qui a mené au succès : le Chromecast

Les Nexus Qs n’ont jamais été mis en vente. Google a cédé quelques unités d’essai à différents types d’utilisateurs, et ses responsables ont fini par indiquer qu’après cette période et les commentaires de ceux qui l’avaient utilisée ont décidé “de reporter la vente au grand public, avec l’intention de mettre un meilleur produit sur le marché.

Cette décision était probablement la bonne, d’autant plus que Google a sauvé un échec encore plus grand et a utilisé toutes ces connaissances pour créer un appareil qui a fait pratiquement tout ce que le Nexus Q a fait, mais sans plusieurs de ces limitations et avec un facteur clé : son prix.

C’est ainsi que Chromecast est devenu l’un des produits matériels les plus performants de Google -si après plusieurs itérations ce n’est pas le plus réussi-. Ce “Nexus Q Version 2.0” a appris des erreurs de ce premier produit et a été adapté pour résoudre un problème et le faire de manière exemplaire. Le Nexus Q a peut-être été un échec, mais il a servi de base à ce succès.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *