Nadia Murad, de l’esclave sexuelle de l’Etat islamique au prix Nobel de la paix

Publié par Jerome le octobre 5, 2018 | Maj le octobre 5, 2018

La nouvelle lauréate du prix Nobel de la paix est une Irakienne de 25 ans qui, après avoir survécu aux attaques contre son peuple, est devenue une icône de sa communauté. En 2014, elle a été enlevée par l’État islamique et vendue plusieurs fois comme esclave sexuelle.

La jeune femme prix nobel de la paix

A seulement 25 ans, Nadia Murad, qui a reçu vendredi le prix Nobel de la paix avec le gynécologue congolais Denis Mukwege, a survécu aux pires horreurs infligées par l’Etat islamique à son peuple, les Yazidis d’Irak, et est devenue une icône de cette communauté en danger. Cette jeune Irakienne au visage pâle et à la voix veloutée aurait pu mener une vie paisible dans sa ville natale, Kosho, près du bastion Yazidi de Sinjar, une région montagneuse entre l’Irak et la Syrie. Mais la montée en puissance rapide du groupe djihadiste Etat islamique (IE) en 2014 a changé son destin.

En août 2014, Murad a été enlevé et emmené de force à Mossoul, le bastion de l’IE reconquis depuis plus d’un an. C’était le début d’une épreuve qui a duré plusieurs mois : torturée, elle a dit avoir été victime de multiples viols collectifs avant d’être vendue plusieurs fois comme esclave sexuelle. Aujourd’hui encore, Murad, comme son amie Lamiya Aji Bashar, avec qui elle a remporté le Prix Sakharov du Parlement européen en 2016, ne cesse de répéter que plus de 3 000 Yazidi sont toujours portés disparus et probablement toujours en captivité. Lire aussi : Prix Nobel de la Paix à Denis Mukwege et Nadia Murad pour leur lutte contre la violence sexuelle Les djihadistes ont voulu ” voler notre honneur, mais ils ont perdu leur honneur “, a déclaré Mme Murad, qui a été nommée Ambassadrice de bonne volonté des Nations unies et a lutté pour la protection des victimes de la traite des êtres humains. Outre la torture et le viol, Murad a dû renoncer à sa foi Yazidi, une ancienne religion méprisée par l’IE, pratiquée par un demi-million de personnes au Kurdistan irakien.

“La première chose qu’ils ont faite a été de nous forcer à nous convertir à l’Islam. Puis ils ont fait ce qu’ils voulaient “, a déclaré Nadia à l’AFP en 2016. Comme des milliers d’autres Jazis, elle a été forcée d'”épouser” un djihadiste qui l’a battue, a-t-elle dit dans un discours émouvant devant le Conseil de sécurité des Nations Unies à New York. Nous vous recommandons : Favoris pour le prix Nobel de la paix

“Incapable de résister à tant de violations” a décidé de s’échapper. Grâce à l’aide d’une famille musulmane de Mossoul, Nadia a obtenu des documents d’identité qui lui ont permis d’atteindre le Kurdistan irakien. Après l’évasion, la jeune femme – qui a déclaré qu’elle avait perdu six frères et sœurs et sa mère dans le conflit – vivait dans un camp de réfugiés au Kurdistan, où elle est entrée en contact avec une organisation humanitaire Yazidi. Cela lui a permis de rencontrer sa sœur en Allemagne.

C’est dans ce pays, où elle réside, qu’elle est devenue une porte-parole respectée de son peuple, qui comptait 550 000 membres en Irak avant 2014. Aujourd’hui, près de 100 000 personnes ont quitté le pays et d’autres sont déplacées au Kurdistan. Murad, qui mène “la lutte de son peuple”, a réussi, selon lui, à faire reconnaître comme génocide les persécutions commises en 2014. Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est également engagé à aider l’Irak à recueillir des preuves des crimes commis par l’IE.

Son “combat” lui a aussi réservé de bonnes surprises. Le 20 août, elle a annoncé sur Twitter qu’elle épouserait un autre militant yazidi, Abid Shamdeen. “La lutte au nom de notre peuple nous a unis et nous suivrons ce chemin ensemble”, a écrit la femme irakienne.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *