Moscou pour juger les marins ukrainiens emprisonnés à Kertch

Publié par Simon Taquet le novembre 28, 2018 | Maj le novembre 28, 2018

La Russie démontre une fois de plus sa proximité et son inflexibilité aux appels de la communauté internationale à la distension avec l’Ukraine. Tout indique que les 24 marins arrêtés dimanche par les forces spéciales russes près du détroit de Kertch seront jugés en Crimée pour ” violation ou menace de violation des eaux territoriales russes par la force ” et resteront en détention provisoire jusqu’au procès. Moscou n’a donné aucun signe non plus qu’elle a l’intention de rendre à Kiev les trois navires de sa marine capturés, les canots d’artillerie “Berdiansk” et “Nikopol” et le remorqueur “Yani Kapu”.

Hier, les sessions ont commencé au tribunal de Kievsky à Simferopol, capitale de la Crimée, pour décider si les 24 marins ukrainiens seront en détention avant jugement ou en liberté. Les premières décisions ont confirmé les pires craintes, puisqu’elles ont toutes fait l’objet d’une arrestation de deux mois. Le Service fédéral de sécurité de Russie (FSB, anciennement KGB), dont les unités spéciales ont procédé à la saisie des trois navires ukrainiens, insiste sur le fait qu’ils n’ont pas respecté les ordres d’arrêter les machines quand ils sont entrés dans les eaux territoriales russes. Selon le FSB, ils ont ignoré même les tirs d’avertissement.

Les services de renseignement russes affirment également qu’à bord de la flotte capturée étaient deux agents du contre-espionnage ukrainien, un extrême que Kiev a reconnu. Leur mission était de ” coordonner ” les mouvements des navires, explique le FSB. Mais le chef du Service de sécurité ukrainien (SBU), Vasili Gritsak, a précisé que la présence de membres des services secrets sur ces voyages “est une pratique courante qui existe également dans le contre-espionnage russe”.

Le FSB a distribué des images de l’interrogation de certains des gens de mer arrêtés. L’un d’entre eux, le capitaine Vladimir Lessovoi, reconnaît qu’ils ont délibérément ignoré les ordres des gardes-côtes russes et que leur but était de perpétrer une “provocation”. Le commandant en chef de la marine ukrainienne, Igor Voronchenko, estime que ces déclarations “ont été obtenues par la pression, les menaces et peut-être la torture”.

De Paris, le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov a déclaré que l’incident naval de dimanche “a été provoqué consciemment par l’Ukraine”. M. Lavrov a exhorté les pays de l’UE à envoyer un “message fort à Kiev” pour éviter que de telles situations ne se reproduisent. Cependant, la Russie est à l’avant-toit, dont l’attitude a provoqué des protestations fâchées de la part de l’Occident et des appels, comme celui d’aujourd’hui en Autriche, en faveur de nouvelles sanctions.

La ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl, dont le président de mariage Vladimir Poutine a assisté en août et lui a demandé de danser, a annoncé hier à Berlin, après avoir rencontré son homologue allemand Heiko Mass, qu’en décembre un Conseil européen examinera la possibilité de sanctionner la Russie pour ce qui est arrivé dans le détroit de Kertch. Il a également admis qu’il n’a pas encore été possible de déterminer exactement si l’Ukraine ou la Russie a raison. “Pour l’instant, c’est la parole de l’un contre l’autre”, a-t-il dit. Mais l’incident de Kneissl montre que “l’annexion de la Crimée est un problème de sécurité pour tous en Europe”.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *