Pourquoi Mickey Mouse est adorable, selon la science

Publié par Jerome le novembre 25, 2018 | Maj le novembre 25, 2018

Mickey Mouse vient d’avoir 90 ans et jouit d’une jeunesse enviable. Toutefois, dans ses premiers films, il avait l’air beaucoup plus adulte et voyou que l’adorable personnage qu’il est maintenant, ce qui explique pourquoi il a remporté plusieurs critiques. Le succès retentissant du personnage auprès du public enfantin l’a forcé à changer son comportement, donnant à Mickey un comportement plus franc. Cette évolution s’est accompagnée d’un changement dans sa physionomie, adoptant des traits beaucoup plus enfantins.

Disney l’a soumis à une transformation progressive et irrégulière, augmentant la taille des yeux et de la tête. Ils dessinent la voûte crânienne la plus sphérique, raccourcissant le museau, avançant les oreilles et épaississant le profil des jambes, les recouvrant d’un pantalon bombé. Ce processus de rajeunissement est ce qu’on appelle en biologie la néoténie.

A quoi sert la néoténie ?

Neotenia (du grec neo-, young, and teineni-, extend) est un processus caractérisé par la préservation de l’état juvénile de l’organisme et qui sert de réclamation d’affection vers des adultes. Elle consiste, fondamentalement, en ce qu’une espèce est maintenue dans sa phase adulte avec des caractères caractéristiques de son état juvénile, en raison d’un ralentissement de son rythme de développement.

Bien que le premier à utiliser ce terme ait été le scientifique teutonique Arthur Kollmann (1858-1941) en 1885, ce n’est qu’au début des années 1970 qu’il a été démontré que les traits enfantins sont plus agréables quand on les voit chez notre espèce et chez les autres.

Nos nouveaux nés ont, en proportion, une tête plus grande que leurs jambes et pieds, qui est progressivement inversée par la croissance. En ce sens, nous pourrions dire que Mickey a eu une ontogénie rétrograde tout au long de sa vie.

Un enfant souriant à un adulte produit la sécrétion d’ocytocine, une hormone qui agit comme un antidote à la sécrétion de cortisol – l’hormone du stress – par les glandes adrénales. On pourrait dire que la néoténie est l’arme de survie la plus puissante qui existe.

Mais la néoténie n’est pas exclusive à Mickey Mouse et à l’usine Disney : elle apparaît aussi dans de nombreux autres personnages fictifs tels que Hello Kitty ou l’ET extraterrestre. Ou encore Smeagol, le “bon double” de Gollum dans la trilogie “Le Seigneur des Anneaux”, qui, après nous avoir d’abord inspirés de mauvais sentiments, parvient à s’identifier au spectateur lorsqu’il apparaît à l’écran.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *