Merkel : “L’Allemagne ne doit jamais oublier l’Holocauste”.

Publié par Jerome le octobre 5, 2018 | Maj le octobre 5, 2018

Lors de sa visite à Jérusalem, Angela Merkel a rendu hommage aux victimes de l’Holocauste et s’est entretenue avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, avec qui elle avait des différends sur le pacte nucléaire iranien et le conflit israélopalestinien.

“Il y a près de 80 ans, le 9 novembre, la nuit du verre brisé, les Juifs d’Allemagne ont été battus par la haine et la violence à une échelle insoupçonnée “, écrit Angela Merkel dans le livre d’or du musée de l’Holocauste de Jérusalem.

La chancelière allemande fait une visite officielle avec un ordre du jour saturé, qui a inclus une visite à l’institution emblématique.

“Les Juifs d’Allemagne ont souffert d’une haine et d’une violence qu’ils n’avaient jamais connues auparavant “, a déclaré la chancelière lors de sa visite au musée, la troisième au mémorial qui commémore les six millions de Juifs exterminés par le régime Nazi.

Mme Merkel a également reçu un doctorat honorifique de l’Université de Haïfa, avec lequel l’institution a reconnu le chef du gouvernement allemand pour sa défense des droits humains et sa contribution à l’amitié entre l’Allemagne et Israël. Le chancelier allemand a reçu le prix et a remercié la “marque de confiance”, tout en soulignant que l’amitié avec Israël est “un cadeau inestimable”. Après la visite du musée, Mme Merkel a participé à une table ronde avec des hommes d’affaires allemands et israéliens en compagnie du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

La chancelière allemande Angela Merkel et moi-même avons eu une réunion avec des hommes d’affaires israéliens et allemands. L’avenir appartient à ceux qui innovent. Les sociétés et les économies qui n’innovent pas seront retardées. Chacun d’entre nous se débrouille assez bien tout seul, mais nous pouvons faire beaucoup mieux ensemble. Les deux ont présidé la réunion intergouvernementale semestrielle G2G, un sommet bilatéral axé sur la sécurité, la coopération scientifique, économique, culturelle et cybernétique, qui, selon un communiqué officiel, a donné lieu à la signature d’une série d’accords d’accord. Après la réunion, Mme Merkel a tenu une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre israélien.

Merkel et Netanyahou ne sont pas d’accord sur la manière de traiter avec l’Iran

La manière de faire face aux tensions générées par l’Iran et son programme nucléaire a montré les divergences entre le Premier ministre israélien et le chancelier allemand, qui se sont manifestées dans les déclarations des deux présidents.

Israël rejette le pacte signé en 2015 entre l’Allemagne, les États-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et la France avec l’Iran, qui visait à limiter le développement nucléaire du pays perse et dont les États-Unis se sont retirés en mai.

“Je me suis opposé à l’accord avec l’Iran parce que je pensais qu’il ouvrait la voie à un arsenal nucléaire “, a dit M. Netanyahu, qui a également ” mis des milliards de dollars entre les mains du principal promoteur du terrorisme dans le monde et du principal agresseur du Moyen-Orient, l’Iran.

Le Premier ministre a également souligné que ” toutes les nations doivent faire pression ensemble pour arrêter la machine nucléaire iranienne “. Mme Merkel, pour sa part, a accepté d'” empêcher l’Iran de s’emparer de l’arme nucléaire “, mais a noté qu’elle ne partageait pas ” l’approche ” d’Israël sur cette question.

Sur le conflit israélo-palestinien, Mme Merkel a réitéré son souhait que les deux parties parviennent à un accord et à une solution à deux Etats, mais elle a exprimé sa “préoccupation” face à la “politique de colonisation” d’Israël qui, dit-elle, “entrave cette perspective”.

Mme Merkel a déclaré qu’elle ” cherchera des moyens d’établir des contacts ” entre Palestiniens et Israéliens, malgré le fait que les pourparlers de paix sont suspendus depuis 2014. La chancelière a indiqué qu’elle prévoyait de contacter le président de l’Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, pour l’informer de l’avancement de sa rencontre avec Netanyahou.

Le président israélien met de nouveau en garde Mme Merkel contre l’antisémitisme en Europe

“Il y a une nouvelle forme d’antisémitisme ” sous la forme de ” forces politiques nationalistes d’extrême droite d’origine nazie “, a déclaré Reuvén Rivlin.

Lors d’un déjeuner de travail avec Angela Merkel, le président a déclaré que ” ces groupes extrémistes prennent de l’ampleur sur tout le continent “, a déclaré le bureau de Rivlin dans un communiqué officiel.

“Certains d’entre eux semblent sympathiser avec Israël et haïr les Juifs. Mais nous ne sommes pas confus, il n’y a rien de tel qu’aimer Israël et haïr les Juifs. La leçon de l’histoire est une : nous devons faire preuve d’une tolérance zéro à l’égard de l’antisémitisme et du racisme “, a déclaré le président israélien.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *