La récalcitrance du Premier ministre britannique dans son refus d’admettre la réalité conduit à l’absurde – voire au ridicule – d’accumuler les conditions pour atteindre un Brexit sans accord et avec le Royaume-Uni dans une situation politique chaotique.

LA première ministre du Royaume Unis mal partie

Ses partenaires encore européens ont été surpris par les critiques qui lui ont été adressées depuis Londres, parce qu’elle n’a pas pu rouvrir le Traité au point que le président du Conseil, Donald Tusk, a déclaré qu’à Bruxelles elle avait été traitée “mieux que de nombreux parlementaires à Londres”. Juncker a également dû expliquer que son différend apparent, capté par les caméras, au sujet de l’utilisation du mot “nébuleuse” ne se référait pas à elle, mais à la situation au Parlement britannique. Tous deux la considéraient comme une excellente amie et une leader courageuse et déterminée.

Mais aucun de ces gestes ne semble suffisant pour résoudre la situation à Londres. Selon une source britannique, May avait ouvertement averti les Européens que, si elle n’obtient pas ce qu’elle appelle des “garanties supplémentaires”, le risque d’une sortie désordonnée du Royaume-Uni de l’UE finira par augmenter considérablement.

Après le sommet, les Britanniques ont insisté pour saluer la déclaration acceptée par les autres pays de s’engager à travailler le plus rapidement possible sur les négociations pour les relations futures, afin que chacun accepte que d’ici la fin 2020, une solution ait été définie qui empêche la présence d’une frontière physique en Irlande et qu’il ne soit pas nécessaire d’activer le mécanisme de sauvegarde entre l’Irlande du Nord et le Royaume-Uni.

Il a également reconnu que cette déclaration a un “statut juridique” (qui n’a pas la même valeur que la valeur juridique), mais aussi qu’il pense que “d’autres clarifications et discussions” sont encore possibles et qu’il continuera à insister sur ce point dans les prochaines semaines.

Le plus directement concerné par ce problème, Leo Varadkar, Premier ministre irlandais, a laissé un sentiment doux amer. Sûr que les Vingt-sept feront “tout leur possible” pour aider May, il croit aussi que les Britanniques demandent des choses qui ne sont pas faciles à accorder. “Mes discussions avec mes collègues ont montré qu’en plus des conclusions du Conseil, “certaines clarifications et discussions sont possibles”, mais “d’autres seront difficiles à respecter”, y compris l’idée de “fixer une date précise” pour conclure un traité sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l’UE. Parmi les autres dirigeants, le ton était le même.

Le président français, Emmanuel Macron, l’a dit ainsi : ” Notre message est clair : il y a un accord, le seul et le meilleur accord possible, et nous ne pouvons le renégocier. Au lieu de cela, nous pouvons “clarifier et rassurer”, afin de tenter d’évoquer le “malaise et les fantômes” qui sont apparus au Royaume-Uni concernant le mécanisme de sauvegarde visant à empêcher une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. “Cette sauvegarde n’est pas notre objectif, ce n’est pas une solution durable et personne ne veut enfermer le Royaume-Uni avec ce mécanisme”.

En l’état actuel des choses, le sommet n’a servi à rien pour Brexit. Heureusement, au moins une partie des accords sur la zone euro approuvés par l’Eurogroupe a été approuvée, bien que les aspirations du gouvernement espagnol aient été laissées de côté en tant qu’idée d’une assurance chômage européenne.

You may also like

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici