May dit que l’accord de Brexit est prêt à 95 %.

Publié par Jerome le octobre 23, 2018 | Maj le octobre 23, 2018

La prolongation de la période de transition “pourrait être une option”, a déclaré hier le Premier ministre du Royaume-Uni, Theresa May, lors de sa comparution devant le Parlement britannique pour mettre à jour l’état des négociations avec Bruxelles. Il semble, pour l’instant, que la seule solution possible à la croisée des chemins pour déclencher les négociations Brexit.

Le retour de Theresa May sur le Brexit

Le “premier ministre” a déclaré hier que les “95%” de l’accord sont fermés et que la frontière irlandaise est le principal problème qui complique les négociations avec l’UE. “Une affaire collante et considérable”, a ajouté May.

L’une des options mises sur la table par le premier ministre est de prolonger la période de mise en œuvre de Brexit, qui se termine, en principe, en décembre 2020 et qui permettrait de débloquer la situation au cas où des mécanismes suffisants n’auraient pas été trouvés d’ici là pour éviter une frontière dure entre les deux Irlandais. Dans ce cas, Londres aura la possibilité de l’étendre ou, comme proposé en mai, de négocier un accord douanier temporaire pour l’ensemble du Royaume-Uni. Quelque chose qui serait “une police d’assurance” dans un tel scénario.

Bien sûr, May a rejeté à nouveau l’idée de laisser l’Irlande du Nord au sein de l’union douanière “ce qui briserait l’unité du pays” et a souligné que si le Royaume-Uni accepte enfin la possibilité d’y rester au-delà de 2020, ce devrait être avec “un délai” et que “cela ne devrait pas être trop long dans le temps”. Bref, comme le prétend Londres depuis des semaines, aucune option ne devrait être indéfinie dans le temps.

Cependant, le “premier ministre” n’est pas en faveur de cette option et a montré hier que si cela ne dépendait que d’elle, elle n’irait pas aussi loin. “Je ne veux pas prolonger la période de transition et je ne pense pas qu’il soit nécessaire de la prolonger. Je pense que toute expansion n’est pas souhaitable “, a-t-il dit.

“Il n’a plus beaucoup de temps.”

La semaine dernière, May a reconnu qu’elle avait eu des “entretiens intéressants” avec les présidents Jean Claude Juncker, Donald Tusk, Emmanuel Macron, Angela Merkel et Leo Varadkar (Premier ministre irlandais) sur la manière de sortir de cette “impasse” et qu’ils “doivent explorer toutes les options possibles”, même si cela signifie “passer un mauvais moment à Bruxelles”, a-t-elle déclaré.

Là où il y a un accord complet, c’est sur les droits des citoyens de l’UE sur le sol britannique et vice versa, sur l’accord financier, la période transitoire et, en Irlande du Nord, l’accord concernant la préservation des droits particuliers des citoyens britanniques et irlandais. De plus, le “premier ministre” a confirmé hier que tout ce qui concerne Chypre et Gibraltar est également fermé avec Bruxelles. Dans ce dernier cas, ” nous avons élaboré avec le gouvernement espagnol un protocole et un ensemble de mémorandums sous-jacents concernant Gibraltar, qui annoncent une nouvelle ère dans nos relations “, a-t-il dit.

Cette comparution, qui était une nouvelle tentative pour pacifier la guerre interne au sein de son parti, a également servi à appeler une fois de plus May à l’unité autour de son plan et à rejeter l’appel à un second référendum, comme plus de 700 000 personnes à Londres l’avaient demandé lors de la manifestation de samedi dernier.

Les pressions les plus fortes sur May viennent de son propre banc, à tel point que le premier ministre a reçu à un moment donné un plus grand soutien de ses rivaux politiques théoriques, comme le ministre en chef de l’Écosse, Nicola Sturgeon, après un article publié dimanche dans le Sunday Times où un “conservateur” anonyme a assuré que son temps se termine. “Le moment où le couteau s’échauffe, s’approche, s’incruste dans son front et se tord. Elle sera bientôt morte “, pouvait-on lire dans la colonne du journal anglais. Beaucoup de ses camarades l’ont soutenue et ont demandé que le coupable soit trouvé afin de la punir.

Les mots utilisés par le député européen ont fait sensation au sein de la classe politique et ont montré la lutte interne acharnée que le mois de mai tente d’étouffer avec difficulté. Cette semaine aura aussi des envieux plus eurosceptiques car les rumeurs à Westminster suggèrent qu’il y a déjà peu de députés conservateurs pour se joindre à ceux qui sont nécessaires pour forcer une motion de confiance au Premier ministre (48 au total).

Dans l’intervalle, May réunira à nouveau son cabinet aujourd’hui pour continuer à appeler à l’unité autour de son plan et tentera de convaincre ses détracteurs au sein du gouvernement, qui sont parfois de plus en plus nombreux, de la bienveillance de sa proposition de prolonger la période de transition au-delà de 2020 et de résoudre ainsi, au lieu de reporter, le problème de la frontière irlandaise.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *