May confirme qu’elle reporte le vote sur l’accord Brexit et tentera de renégocier avec Bruxelles

Publié par Simon Taquet le décembre 12, 2018 | Maj le décembre 12, 2018

Le Premier ministre britannique, Theresa May, a confirmé qu’elle “reporte” le vote sur l’accord Brexit qui était prévu pour ce mardi car elle a “écouté très attentivement” le débat qui a lieu ces jours-ci au Parlement. En ce sens, il a fait remarquer que “si le vote avait lieu demain, il n’aurait pas lieu par une large majorité, alors j’ai décidé de le reporter et de ne pas aller de l’avant” a-t-il assuré à la Chambre des communes. May n’a pas indiqué quand le vote aura lieu, mais elle a essayé de renégocier le point clé – qui a provoqué davantage de division parmi les députés britanniques, celui de la frontière irlandaise et de la sauvegarde qui lui a été imposée. May a également accusé l’opposition de vouloir un second référendum qui “divisera à nouveau la population”.

May a annoncé qu’il essaiera de rendre visite aux dirigeants des Etats membres et à la Commission européenne avant le sommet prévu cette semaine (jeudi et vendredi), pour aborder les changements qui répondent aux préoccupations des députés.

Toutefois, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a averti lundi que l’UE ne renégociera pas l’accord Brexit. “Nous avons un accord à la table “, a déclaré une porte-parole.

Le Premier ministre estime que le défi au-delà de la frontière entre les deux Irlandais doit être relevé avec des solutions ” réelles et pratiques “. Comme il l’a indiqué, les gens là-bas veulent continuer leur vie comme à l’heure actuelle et ils ne veulent pas d’une frontière dure. Le premier ministre britannique a fait remarquer que la plupart des députés veulent un Brexit avec accord et a mis les opposants au document au défi de présenter une solution de rechange. Le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a affirmé que c’est une mauvaise affaire pour le pays et pour l’économie, comme l’indiquent les propres analyses du gouvernement. Si le premier ministre ne peut renégocier l’accord, a-t-elle souligné, il devrait être annulé.

La Cour européenne admet le renversement

La boule d’oxygène que mai a reçue aujourd’hui avec la décision de la Cour de justice européenne qui déclare que le Royaume-Uni peut unilatéralement retirer le brexit si on le propose. Le premier ministre aurait pu se servir de cette décision pour faire comprendre aux eurosceptiques critiques de son parti que, si elle tombe, son successeur pourrait quitter le pays sans Brexit et inverser le processus.

Pendant ce temps, la livre sterling continue de baisser, à cette heure, de 0,4% contre le dollar américain, de 0,6% contre l’euro, pour atteindre son plus bas niveau sur 18 mois. Depuis juin 2017, la monnaie britannique n’a pas chuté à un niveau aussi bas.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *