May annule le vote Brexit au Parlement pour éviter l’échec

Publié par Simon Taquet le décembre 14, 2018 | Maj le décembre 14, 2018

Tout indique que, finalement, Theresa May a cédé à ses critiques et devra reporter le vote sur l’accord Brexit prévu pour demain. Les médias britanniques soulignent que le Premier ministre, qui comparaîtra cet après-midi à la Chambre des communes , annoncera le transfert à une autre date en raison de l’absence de consensus et de la défaite retentissante qu’elle subirait demain si elle continuait.

All en dépit du fait que la porte-parole officielle de May avait assuré ce matin même que le vote aurait lieu. Le “premier ministre” a essayé jusqu’à la dernière minute de convaincre les députés rebelles, on estime que plus de 100 conservateurs voteraient contre, pour soutenir leur accord en suggérant que la sauvegarde relative à la frontière irlandaise, principale pierre d’achoppement et le point auquel ils vont s’opposer seront modifiés.

May s’est entretenue avec plusieurs dirigeants européens

En outre, May s’est entretenue tout le week-end avec plusieurs dirigeants européens, dont le président de la Commission, Jean Claude Juncker, le président du Conseil de l’Europe, Donald Tusk et la chancelière Angela Merkel, afin de les convaincre de renégocier l’accord face à l’échec prévisible que l’actuel aura au Parlement britannique.

Bien que le report ne soit pas encore officiel, l’ordre du jour de la Chambre des communes pour aujourd’hui a été modifié pour permettre la déclaration de mai, qui sera suivie par le leader conservateur au Parlement, Andrea Leadsom (qui confirmera probablement les prochaines étapes techniques à prendre) et le ministre Brexit Steve Barclay.

Le chef de l’opposition Jeremy Corbyn, qui espérait utiliser la défaite de May demain pour tenter de forcer la tenue d’élections générales, a déclaré que ” le gouvernement a décidé que l’accord Brexit de Theresa May est tellement désastreux qu’il a pris la décision désespérée de retarder son propre vote à la dernière minute ”

Rien, a, semble-t-il, servi le ballon d’oxygène qu’il a reçu aujourd’hui avec l’arrêt de la Cour de justice de l’UE qui stipule que le Royaume-Uni peut unilatéralement révoquer Brexit s’il se propose de le faire. Cela aurait pu être utilisé par May devant les critiques eurosceptiques de son parti pour leur faire comprendre que, si elle tombe, son successeur pourrait quitter le pays sans encombre et inverser tout le processus.

Pendant ce temps, la livre continue de baisser, à l’heure actuelle, de 0,4 % par rapport au dollar américain et de 0,6 % par rapport à l’euro pour atteindre ses plus bas niveaux ces derniers mois.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *