Le Maroc, la Suisse et l’Espagne enquêtent sur un Espagnol détenu pour la mort de deux touristes

Publié par Simon Taquet le décembre 31, 2018 | Maj le décembre 31, 2018

Le Parquet marocain a déposé aujourd’hui des accusations punissables de mort contre 15 personnes sur un total de 22 détenus qui seraient impliqués dans le meurtre, le 17 décembre dernier, de deux touristes scandinaves près de la ville de Marrakech, au sud du Maroc. Dans le même temps, il a souligné que sept autres personnes arrêtées pour leur implication possible dans l’assassinat des deux touristes, dont une double nationalité suisse et espagnole, sont en garde à vue et seront traduites en justice dans les prochains jours.

Les services de police espagnols

Pour le moment les services de police espagnols, suisses et marocains mènent une enquête sur le détenu espagnol, alors que personne ne savait encore ses liens possibles avec des groupes terroristes.

Le seul détenu étranger dans cette affaire a été arrêté samedi à Marrakech pour avoir prétendument aidé certaines des personnes arrêtées dans cette affaire à utiliser de nouvelles techniques de communication et à les former à l’utilisation des armes à feu.

Le Procureur général du Maroc a renvoyé aujourd’hui les 15 accusés devant le juge d’instruction du tribunal de Salé, près de Rabat, spécialisé dans les affaires terroristes, afin de poursuivre son enquête. Selon Efe, les 15 détenus, tous marocains, ont été transférés au palais de justice dans trois camionnettes du Bureau central des enquêtes judiciaires (BCIJ).

Les deux touristes, la Danoise Louisa Vesterager Jespersen, 24 ans, et la Norvégienne Maren Ueland, 28 ans, ont été décapités le 17 décembre par des extrémistes présumés dans la vallée d’Imlil, dans le Haut Atlas, une région connue pour son tourisme en montagne.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *