Au Maroc, manifester avec le drapeau espagnol mène à la prison

Publié par Jerome le octobre 21, 2018 | Maj le octobre 21, 2018

Soufiane Al-Nguad, 32 ans, a été la première personne condamnée au Maroc pour, entre autres, “outrage au drapeau national” du Maroc. L’indignation était qu’en réponse à un appel lancé par Facebook, les jeunes Tétouanis ont agité le drapeau espagnol dans le stade Saniat Ramel, puis dans les rues de Tétouan, où ils ont fait une tournée le 28 septembre.

Manifester avec un drapeau espagnol peut mener en Prison

Al-Nguad a été condamné jeudi matin par un tribunal à deux ans de prison, qui au Maroc sont généralement purgés en totalité, pour avoir encouragé dans le réseau social, le 27 septembre, à porter du noir au match qui devait se jouer le lendemain à Tétouan l’équipe locale, Mogreb Atletico, avec le Kawkab de Marrakech.

L’idée, écrit Al-Nguad, est de mener une ” protestation politique contre la répression et l’assassinat ” de Hayat Belkacem, une étudiante en droit d’une vingtaine d’années de Tétouan qui est morte le 25 septembre dans les eaux méditerranéennes, criblée de balles d’un patrouilleur de la Marine royale marocaine. Le hors-bord dans lequel, avec d’autres émigrants, la jeune femme avait l’intention d’arriver en Espagne a été intercepté par le patrouilleur qui l’a arrêtée, mais elle n’a pas suivi l’ordre. “Nous ne vous laisserons jamais seuls”, a conclu le message d’Al-Nguad en espagnol.

Cette nuit-là, le 28 septembre, à la fin du match, non seulement des drapeaux rouges ont été affichés dans les rues de l’ancienne capitale du protectorat espagnol au Maroc. Il y a eu des cris promettant de venger Hayat, d’autres donnant vie à l’Espagne et exprimant aussi le désir de renoncer à la nationalité marocaine. Le mobilier urbain a également subi quelques dommages.

Al-Nguad a déjà été condamné et 19 autres sympathisants, âgés de 14 à 23 ans, sont également jugés à Tétouan pour “insulte au drapeau national”, “participation à une manifestation non autorisée” et “destruction de biens publics et privés”. Pour sa part, la Fédération royale marocaine de football a condamné le Mogreb Atlético, dans le stade duquel l’hymne marocain a été joué, à jouer un match à huis clos ainsi qu’une amende de 50 000 dirhams (4 590 euros).

Un symbole du football…. jusqu’à présent

Pendant des années, le drapeau espagnol a été agité sporadiquement sur les terrains de football du nord du Maroc sans aucune signification politique. Les jeunes Marocains ont peut-être montré qu’ils partageaient la même passion pour le football que les Espagnols. Ils ont également souligné la relation ambivalente que les Marocains du Nord entretiennent avec l’Espagne, leur puissance colonisatrice qu’ils ont affrontée lors de la sanglante guerre du Rif, mais dont ils n’ont pas entièrement mauvaise mémoire.

Les banderoles rouges et blanches ont commencé à acquérir des teintures vindicatives d’abord à Ifni, où en août 2016, sept jeunes les ont élevées alors qu’ils occupaient l’ancien consulat espagnol pour réclamer la nationalité espagnole. Ils ont tous été condamnés à des peines allant de huit mois à un an, mais on ne leur a pas alors reproché leur action contre le drapeau marocain.

A la fin de la même année, en novembre à Al Hoceima, au cœur du Rif, quelques petits groupes de manifestants enlèvent le drapeau espagnol au milieu d’une mer d’étendards berbères et de la République éphémère du Rif (1921-1926) fondée par Abdelkrim el Jatabi. Ils l’ont conservé rapidement à la demande des organisateurs. Les drapeaux marocains étaient remarquables par leur absence dans ces manifestations de masse.

Jusqu’à présent, cette nouvelle forme de protestation avait été confinée au Maroc, colonisé par l’Espagne, mais le 6 octobre, elle a atteint Agadir, dans le sud du pays. Quatre supporters de l’équipe locale, Hassania, ont arboré un drapeau espagnol pendant le match disputé contre l’Olympique de Khouribga. Ils ont tous été arrêtés, le meneur a même été placé en détention provisoire. Avec la rapidité qui caractérise parfois la justice marocaine, le tribunal de première instance a commencé à les juger le 15 octobre.

Ils pourraient être condamnés à des amendes allant jusqu’à 9 180 euros et à des peines de six mois à trois ans de prison pour “insulte au drapeau national et aux symboles du royaume”, selon un amendement au code pénal approuvé à l’unanimité par le Parlement marocain en octobre 2005. La peine peut même atteindre 5 ans sans que l’outrage ait été commis devant une grande concentration de public, par exemple dans un stade bondé.

L’Espagne comme horizon

“L’accusation d’offenser les symboles du royaume n’a aucun sens”, a déclaré Bakar al-Sibai, l’avocat du prévenu, dans une déclaration au quotidien numérique Hesspress. “Pourquoi hisser le drapeau d’un pays comme l’Espagne, qui entretient des relations historiques, commerciales et politiques avec le Maroc, devient une offense aux symboles du royaume “, a demandé l’avocat.

Dans un Maroc plongé dans la tourmente politique et sociale depuis l’année dernière, la frénésie pro-espagnole ne se limite pas à afficher le drapeau. Les deux derniers week-ends de septembre, des centaines, voire des milliers de jeunes se sont concentrés sur de nombreuses plages du nord, de Martil à Al Hoceima, revendiquant le droit d’émigrer gratuitement et donnant parfois vie à l’Espagne. De fausses rumeurs, propagées par les réseaux sociaux, selon lesquelles des bateaux viendraient les chercher de l’autre côté de la Méditerranée les poussaient vers le rivage. La police a été forcée, dans des endroits comme Rincón, d’interdire aux enfants qui ne vivaient pas dans la localité d’approcher de la plage.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, 7 579 immigrants irréguliers marocains sont arrivés en Espagne par la mer, selon Frontex, qui, contrairement au ministère espagnol de l’Intérieur, fournit sur son site web une ventilation de l’immigration par nationalité. Ce nombre record n’est que le nombre de personnes appréhendées par les forces de sécurité espagnoles au débarquement parce que les Marocains essaient de ne pas se faire prendre en mettant le pied sur le sol espagnol. Ils savent qu’ils courent le risque d’être renvoyés dans leur pays.

L’élan pro-espagnol qui émerge au Maroc atteint même Eljadid ou Errigui, certains des bidonvilles les plus humbles de Casablanca. Menacés d’expulsion, ils ne peuvent être expropriés faute de titres de propriété, leurs voisins ont signé un manifeste annonçant leur intention de commencer, le 28 septembre, “une marche d’émigration collective” vers Ceuta où, disaient-ils, ils demanderaient asile. La police marocaine a perturbé le projet.

“Outre les critiques du roi, qui ont récemment pris des proportions plus directes et inédites, le rejet de l’Etat et de ses symboles s’exprime avec force”, a écrit la chroniqueuse Reda Zaireg dans le quotidien numérique marocain Yabiladi le 13 octobre. Dans les réseaux sociaux et maintenant, une fois dans la rue, Mohamed VI est la cible de critiques, surtout pour ses absences prolongées du Maroc. C’est peut-être pour cela qu’il n’est pas allé à l’étranger depuis un certain temps, sauf pour une très courte excursion à Paris, depuis le 10 septembre.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *