Marie Kondo recommande-t-elle vraiment d’avoir seulement 30 livres à la maison ?

Publié par Jerome le janvier 22, 2019 | Maj le mars 28, 2019

Bien qu’elle soit sur toutes les lèvres grâce à sa série Netflix, Marie Kondo a été sévèrement critiquée par les amoureux du livre et les intellectuels. Tout cela vient d’une mauvaise interprétation d’un de ses livres. Marie Kondo a gagné en popularité avec un message apparemment inoffensif, qui, couplé à la popularité de sa série Netflix, lui a donné une véritable légion de disciples. Cependant, la Japonaise a trouvé que les amoureux des livres étaient des critiques inattendus.

Qui est donc cette MArie Kondo ?

Comme rappelé, Kondo a appelé sa méthode ‘KonMari’, qui, entre autres choses, recommande de conserver les objets qui “apportent la joie” et de se débarrasser du surplus. La controverse a surgi lorsque l’information a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, indiquant que l’auteur recommandait de “ne pas avoir plus de 30 livres à la maison”.

Beaucoup – à juste titre – ont crié dans le ciel, parce que Kondo, de sa position de’gourou de Netflix’, encouragerait beaucoup à se débarrasser de connaissances inestimables au profit d’un empressement excessif et’vide’ pour l’ordre et la propreté. Des intellectuels, dont des écrivains, se sont joints à la critique.

De nombreux médias ont contribué à la diffusion de cette idée en reproduisant l’information avec des titres tendancieux qui, dans une plus ou moins grande mesure, étaient encadrés dans une ligne semblable à “Marie Kondo recommande de ne pas avoir plus de 30 livres”.

Cependant, l’information est apparemment une mauvaise interprétation – ou du moins une exagération – de ce que l’écrivain aurait vraiment voulu dire dans un de ses livres. Le texte original est le suivant :

“Je conserve maintenant ma collection en une trentaine de volumes à la fois, mais dans le passé, j’ai eu beaucoup de mal à jeter des livres parce que je les aime.

L’examen de ce fragment montre ce qui semble être un témoignage personnel concernant le nombre de livres, puisqu’il n’y a pas d’appel explicite au lecteur pour s’en débarrasser. C’est l’argument utilisé par les défenseurs japonais.

Cela dit, il convient de souligner que Marie Kondo elle-même a fait l’objet de critiques lors d’un entretien avec Katie Rosman, journaliste au New York Times (voir vidéo ci-dessous). Dans ce dialogue, la Japonaise a précisé qu’elle n’exhortait pas ses lecteurs et téléspectateurs à se débarrasser de ses livres.

“Le but de la méthode KonMari est de réaliser votre sens de l’évaluation “, explique Kondo. “Qu’est-ce qui est le plus important pour toi ? Donc, si vous êtes en colère, si votre réaction est la colère d’avoir à laisser tomber les livres, alors c’est fantastique, car cela signifie que, pour vous, les livres sont précieux.

Brian Ashcraft, journaliste et écrivain américain basé au Japon, a longuement parlé du sujet, soulignant que certains critiques négligent même les questions culturelles.

Dans un article publié dans Kotaku, Ashcraft cite les paroles de l’écrivaine irlandaise Anakana Schofield dans The Guardian, qui compare la méthode de Marie Kondo aux idées superstitieuses et paranormales des charlatans. Plus précisément, Schofield a fait référence à un épisode dans lequel la Japonaise dit à une femme qu’elle va se “réveiller” avec les livres qu’elle va commander.

N’écoutez PAS Marie Kondo ou Konmari en relation avec les livres. Remplissez votre appartement et le monde avec eux. Je m’en fous si vous jetez vos culottes et vos Tupperware, mais cette femme est très mal avisée à propos des LIVRES. Chaque être humain a besoin d’une vaste bibliothèque pas propre, des étagères ennuyeuses.

– Anakana Schofield (@AnakanaSchofiel) 3 janvier 2019
Pour Ashcraft, la jeune Irlandaise néglige le fait que les paroles de Kondo sont plus liées au shintoïsme, la religion traditionnelle japonaise, qu’à des superstitions tendancieuses. Selon certaines croyances shintoïstes, les objets peuvent avoir une âme, et l’Américain fait remarquer qu’il a vu plus d’un Japonais “remercier” les objets qu’il va jeter.

Un peu plus loin se trouvait Lelanie Seyffer de Hypable, qui a utilisé un titre éloquent dans son dernier article : “Marie Kondo ne vient pas pour vos livres, vous êtes juste xénophobe.

Seyffer a reconnu qu’il y avait des points valables avec certains critiques – comme l’attachement à des objets de membres de minorités pour des raisons culturelles – et qu’elle n’était pas particulièrement excitée par les idées de Kondo ; cependant, elle a indiqué que beaucoup d’entre eux se sont prononcés sur le sujet sans autre connaissance.

“J’aimerais que tous ses critiques cessent de juger ses méthodes comme s’ils avaient lu le livre “, a-t-elle expliqué. “Je ne dis pas que tout le monde devrait lire le livre”, a-t-il dit plus tôt.

Au-delà de la controverse sur le nombre de livres, il y a d’autres aspects des idées de Kondo sur la littérature qui sont plus discutables.

Anakana Schofield a d’autant plus raison de souligner que la mesure de la valeur d’un objet en termes de “la joie qu’il apporte” est problématique dans le cas des livres. “La littérature n’existe pas seulement pour provoquer des sentiments de bonheur ou pour nous apaiser avec son plaisir ; l’art doit aussi nous interpeller et nous déranger “, dit-elle.

De plus, Kondo dit elle-même que dans son désir de gagner de la place à la maison, elle a commencé à photocopier des passages des livres qu’elle aimait, afin de les préserver. Toutefois, comme il s’agissait d’un processus fastidieux, il a choisi d’arracher ces pages directement.

Bien qu’il s’agisse encore une fois d’une appréciation personnelle, une telle action est un véritable crime pour quiconque se vante d’aimer les livres.

Pour le moment, Marie Kondo et sa série Netflix continuent de jouir d’une énorme popularité. Le fait que ses commentaires ou l’interprétation qu’elle en donne sont à l’origine d’un tel débat témoigne de l’attention que la femme japonaise continue de recevoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *