María Corina Machado : “L’attaque a été ordonnée par Maduro de Miraflores.”

Publié par Jerome le octobre 26, 2018 | Maj le octobre 26, 2018

L’ancien président colombien Andrés Pastrana avait déjà averti les médias lundi : “Le régime de Nicolás Maduro prépare une attaque contre María Corina Machado. Au bout de 48 heures, le chef du parti d’opposition Vente Venezuela a été victime d’une violente agression alors qu’elle était en pleine promenade à Upata, dans l’État de Bolivar, situé dans le sud du pays.

Maduro veut il museler l’opposition ?

“Apparemment Maduro me veut mort, au contraire je le veux vivant, mais en dehors du gouvernement pour faire face à la justice pour tous les dommages qu’il a causés à notre pays”, a-t-il dit, tout en assurant que “l’attaque a été ordonnée par Miraflores.

Le parti Vente Venezuela a dénoncé qu’avec des pierres, des bâtons, des tubes et d’autres objets contondants, ils ont attaqué les militants à la hauteur de la place Bolívar dans la ville. “Ce qui se passe au Venezuela, c’est que les mafias ont pris le pouvoir, l’Etat est la mafia”, a déclaré l’opposant à ce journal.

Pastrana a assuré que Nicolás Maduro essaie de mettre fin à la vie de Machado. “Un homme de main cubain surnommé Ulíses, qui se trouve actuellement à “La tumba” dans le Sebin, a pour mission d’attaquer María Corina et de prétendre que c’était un accident simplement parce que c’est une pierre dans le chemin de l’ancien président espagnol José Luis Rodríguez Zapatero, face à la possibilité d’un nouveau dialogue au Venezuela, a affirmé l’ancien président.

L’attaque a fait plus de 25 blessés parmi les membres de l’organisation, dont le coordonnateur national. “Nous avions reçu des avertissements nous informant que nous n’aurions pas le droit d’atteindre Upata. Quelque 80 personnes violentes nous attendaient sur la place, parmi lesquelles des maires, un conseiller municipal et même la mairesse”, a-t-il dénoncé.

Face à la proposition de l’Espagne de relancer le dialogue au Venezuela, le dirigeant politique a affirmé qu’il s’agissait du même “crime” il y a quatre ans lorsqu’il a été évoqué pour la première fois. “Le régime ne va pas céder pour le bien et ceux qui le soutiennent veulent imposer la permanence de Maduro pour toujours. Deux autres années de faim et d’exode sont insupportables.

Il a également fait remarquer que la sortie se fait par la “force” qui n’implique pas la violence et que la force internationale, les marchés et la force interne, tant civile que militaire, sont nécessaires.

Rejet international

L’attaque contre Machado a été rejetée par la communauté internationale hier. Le président de la Fondation Concordia y Libertad, Adolfo Suárez Illana, a fermement condamné l’attaque et l’a contactée pour s’informer de son état de santé. Suárez Illana a envoyé un message d’encouragement et de soutien au dirigeant et aux autres dirigeants politiques de l’opposition qui restent debout malgré les agressions du gouvernement vénézuélien.

La députée européenne espagnole et vice-présidente de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen, Beatriz Becerra, a demandé à la chef de la diplomatie, Federica Mogherini, de “condamner immédiatement et de prendre des mesures concrètes” face à ces faits.

Le gouvernement américain a également condamné l’attentat et, d’après le compte Twitter de l’ambassade à Caracas, ” nous sommes profondément consternés par l’attentat contre Maria Corina Machado et d’autres responsables lors d’un événement dans l’État de Bolivar. La violence n’est jamais la solution. Les idées sont toujours plus fortes que la force brute”.

Machado a été agressée physiquement à d’autres occasions, la plus violente étant lorsque son nez a été cassé, causant quatre fractures lors d’un affrontement à l’Assemblée nationale quand elle était députée.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *