La ” marée rose ” des candidats américains ne sera pas un tsunami

Publié par Jerome le novembre 6, 2018 | Maj le novembre 6, 2018

Le cycle informatif broie les nouvelles et les polémiques à une vitesse étonnante. Dans la dernière ligne droite de la campagne électorale législative américaine, on parle peu de l’immigration, de la caravane des Centraméricains, du discours de peur de Donald Trump, des attentes des démocrates de regagner la Chambre des représentants, de l’apparence rédemptrice de Barack Obama… Cependant, la question la plus importante dans ces élections, le facteur qui restera dans l’histoire est la participation des femmes candidates dans quelques années.

En deux ans, les États-Unis ont fait un revirement social qui se reflète maintenant sur les bulletins de vote.

Le lendemain de l’investiture de Trump, les rues de Washington étaient saturées de la Marche des femmes, une réponse à l’élection d’un président que beaucoup considéraient offensant pour les femmes et contraire à leurs droits. Ces mobilisations de masse ont été le terreau de nombreuses carrières politiques, galvanisées par la suite par le mouvement MeToo contre l’inégalité et les abus contre les femmes et de nouvelles manifestations en janvier.

Les chiffres sont écrasants par rapport aux nominations électorales précédentes. Mardi, 262 femmes se présentent aux élections du Congrès, alors que lors des précédentes élections, en 2016, il n’y en avait que 81. 16 autres sont candidates au poste de gouverneur, alors que le précédent record était de dix femmes candidates. Ce sont toutes des femmes qui, au cours de l’année écoulée, ont remporté les élections primaires de leur parti, le nombre total de celles qui se sont présentées aux élections est beaucoup plus élevé : pour la seule Chambre des représentants, 476 femmes ont essayé. “Il ne s’agit pas seulement de Trump, il n’y a pas de raison universelle pour cet alluvion “, dit Kelly Dittmar, chercheuse au Center for American Women and Politics de l’Université Rutgers, qui a suivi de près sa participation politique dans ce cycle électoral. “Mais les élections de 2016 ont été un catalyseur pour de nombreuses femmes. Le résultat et la crainte d’une régression dans les politiques des huit années précédentes de l’administration Obama ont été une motivation pour chercher à faire entendre leur voix et à comprendre l’importance de traduire leur activisme en candidature.

“On s’attend à ce qu’après ces élections, il y ait un nouveau record de femmes au Congrès “, explique Dittmar. “La question sera de savoir quelle est l’ampleur de l’augmentation de la représentation des femmes. Le taux actuel est très faible : les femmes ne représentent que 19,3% de la Chambre des représentants et 23% du Sénat. Seuls six des cinquante gouverneurs d’État sont des femmes.

Malgré ce que l’on appelle la ” marée rose ” des candidats, ” il nous sera difficile d’atteindre une représentation féminine de 25 % au Congrès “, dit Dittmar. “Il y aura encore beaucoup à faire après ces élections”, ajoute-t-il, afin d’éviter que l’histoire ne se répète. 2018 a été appelée l’Année de la femme. Mais ce n’est pas la première : c’était aussi la première en 1992, avec des élections qui sont passées de 32 femmes au Congrès (5,9% du nombre total de législateurs) à 54 (10%). Au lieu de parvenir à des augmentations similaires lors des prochaines élections, l’augmentation de la représentativité s’est faite à un rythme très lent depuis lors. “L’étiquette ” Année de la femme ” fait passer le succès politique des femmes pour une anomalie “, critique Dittmar.

Le rythme a été particulièrement lent au sein du Parti républicain. Après la marée historique, quoique limitée, des femmes législatrices en 1992, les conservateurs ont réagi et le nombre de femmes dans leurs rangs a très peu évolué. Parmi les démocrates, 43 % des candidats à la Chambre des représentants sont des femmes, contre seulement 13 % pour les républicains. “Même après ces élections, il y aura probablement moins de femmes républicaines à la Chambre basse “, prévient Dittmar. “Nous devons nous demander ce qui se passe du côté républicain, car il est impossible d’atteindre une représentation proche de 50% si nous élisons uniquement des femmes démocrates.

Cela n’a pas toujours été le cas au sein du Parti républicain. De ses rangs sortaient en 1900 la première femme élue au Congrès, Jeannette Rankin ; la première maire d’une grande ville avec Bertha Landes, qui remporta les élections locales à Seattle en 1924 ; ou la première présidente d’un comité du Congrès, Mae Ella Nolan, en 1925. Les premiers gouverneurs des minorités raciales ont également été républicains : Latina Susana Martinez, élue en 2010 au Nouveau-Mexique, et Nikki Haley, d’origine indienne, qui est devenue la même année gouverneur de la Caroline du Sud et a été ambassadrice auprès des Nations Unies dans le cadre du Trump Administration.

L’autre facette de la ” marée rose ” actuelle des candidats est de voir quel sera leur effet aux urnes. Il n’existe pas de données historiques montrant qu’avec une plus grande présence des candidates, les femmes se rendent davantage aux urnes (même si, depuis les années 1980, leur participation a toujours été supérieure à celle des hommes). “Il ne fait aucun doute qu’il y a plus d’enthousiasme parmi l’électorat féminin, en particulier parmi les femmes démocrates “, explique Dittmar, qui explique que la confirmation de MeToo ou de Kavanaugh a servi à mobiliser les électeurs. Votre influence sur les résultats reste cependant à voir. “Les études montrent que les femmes s’alignent beaucoup plus sur leur parti que sur leur sexe.”

Les femmes blanches ayant fait des études collégiales constitueront un groupe clé. En 2012, ils ont voté plus pour Mitt Romney qu’Obama. En 2016, Hillary Clinton a remporté cet électorat par 6 points. Il n’est pas clair si c’était une réaction au langage offensant de Trump ou si c’est un desmarque idéologique contre le Parti républicain. Mais si la tendance se consolide, elle aura un impact clair sur la forme politique future des Etats-Unis.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *