Macron met en garde contre le risque d’un nationalisme semblable à celui de l’entre-deux-guerres

Publié par Simon Taquet le novembre 6, 2018 | Maj le novembre 6, 2018

Quelques jours avant la commémoration du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le président français, Emmanuel Macron, a averti que l’Europe vivait le même risque de démembrement par le nationalisme que dans l’entre-deux guerres.

“Je suis surpris par la similitude entre le moment où nous vivons et l’entre-deux-guerres”, a déclaré le président dans une interview publiée dans le journal Ouest France . Macron a rappelé qu’après la fin de la Grande Guerre “l’Europe était divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique”. Aujourd’hui, ” on assiste à une réarticulation presque méthodique de tout ce qui a marqué la vie en Europe entre la fin de la Première Guerre mondiale et la crise de 1929 “, a-t-il ajouté.

Se souvenir de la Grande Guerre

Face à cette menace, moins d’un an avant les élections européennes , le président a assuré qu’il fallait se souvenir de cette situation, “être lucide et savoir résister” avec “vigueur démocratique”.

Quelques jours avant dimanche prochain, un pèlerinage commence à travers différents scénarios de la Grande Guerre dans l’est et le nord du pays, Macron a appelé à “tirer les leçons” de ce conflit.

Sa conclusion est qu’elle devrait être une Europe “plus souveraine et plus multilatérale”. “L’Europe risque d’être démembrée par la lèpre nationaliste et secouée par des puissances extérieures. Et, par conséquent, perdre sa souveraineté”, a-t-il dit. M. Macron a mis en garde contre le risque que la sécurité de l’Europe “dépende des décisions américaines” pour faire face à “une Chine de plus en plus présente sur des infrastructures essentielles” et “une Russie qui essaie parfois de manipuler”.

Sans oublier ” les grands intérêts financiers et les marchés qui dépassent parfois la place que les Etats peuvent occuper ” , a déclaré Macron, qui terminera son voyage commémoratif le dimanche 11 novembre avec le traditionnel hommage au soldat inconnu dans l’Arc de Triomphe. A cette occasion, pour célébrer le centenaire, le Président a invité une centaine de dirigeants du monde entier, dont ceux des Etats-Unis, Donald Trump, et de la Russie, Vladimir Poutine. A la suite de cet hommage, la France a organisé un Forum pour la paix de trois jours.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *