M. Obama se souvient du temps passé à se faire virer du royaume magique de Disney.

L’ancien président Obama a raconté samedi, en Californie, l’histoire d’un jour où il a été expulsé de Disneyland alors qu’il était étudiant.

Obama expulsé des parcs Disney

M. Obama a raconté à une foule à Anaheim, alors qu’il faisait campagne pour des candidats démocrates locaux, l’époque où lui et plusieurs de ses amis – qui étaient en Californie pour un concert de Kool & The Gang – avaient été expulsés du parc à thème après avoir été surpris en train de fumer dans une voiture.

“Alors nous sommes descendus, moi et une bande d’amis. Après le concert, parce que nous étions adolescents, on pouvait encore traîner dans le parc, et nous sommes montés dans les gondolettes “, a dit M. Obama à la foule.

“Et j’ai honte de dire ça, alors fermez vos oreilles, les jeunes. Certains d’entre nous fumaient, a dit M. Obama, tout en mimant l’acte. Après que la foule a commencé à applaudir, il a clarifié : “Non, non, c’était des cigarettes.”

“Ils nous ont escortés hors de Disneyland, a poursuivi M. Obama. “J’ai été viré du royaume magique.”

Le PDG de Disney, Bob Iger, a répondu à M. Obama par un tweet, en plaisantant que l’ancien président était le bienvenu au parc à tout moment, à condition qu’il n’allume pas une cigarette, ce qui n’est permis que dans les zones désignées.

“@BarackObama vient d’ouvrir son discours à Anaheim avec une histoire de ses années d’université sur le fait d’avoir été expulsé de Disneyland pour avoir fumé des cigarettes pendant une balade,” écrit Iger. “Il peut toujours revenir, tant qu’il ne fume pas !”

M. Obama a comparu samedi aux côtés de sept candidats démocrates au Congrès, tentant de rallier les électeurs avant les élections de novembre.

Les démocrates doivent remporter au moins 23 sièges pour reprendre le contrôle de la Chambre, tandis que les républicains défendent une majorité de 51-49 sièges au Sénat.

M. Obama, qui a prononcé un discours vendredi dans l’Illinois condamnant le président Trump, a pris plusieurs coups de feu voilés contre le président samedi.

“Si nous n’intervenons pas, les choses peuvent empirer”, a-t-il dit à la foule en Californie.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

fringilla quis, neque. leo sed ante. accumsan dictum adipiscing