L’UE et le Royaume-Uni se mettent d’accord sur une future relation après Brexit

Publié par Simon Taquet le novembre 22, 2018 | Maj le novembre 22, 2018

ont clos le projet de la déclaration politique sur les relations futures entre Londres et Bruxelles après le Brexit. Le document a fait l’objet d’un accord au niveau des négociateurs et, en principe, au niveau politique.

“Je viens d’envoyer à l’UE-27 un projet de déclaration politique sur les relations futures entre l’UE et le Royaume-Uni. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, m’a informé que a été convenu au niveau des négociateurs et convenu en principe au niveau politique”, écrit l’homme politique polonais dans son profil de réseau social Twitter.

Les gouvernements européens ont déjà le projet de déclaration politique sur les relations futures entre Londres et Bruxelles après le Brexit, pour leurs experts à analyser avant de donner le feu vert au sommet du dimanche. Selon des sources communautaires, la déclaration politique a supprimé toute référence directe à l’article 184 de l’accord de sortie, qui avait provoqué des troubles en Espagne, car elle n’indiquait pas clairement que les relations futures de Gibraltar avec l’Union dépendront toujours de l’approbation de l’Espagne, et non d’un simple accord entre Bruxelles et Londres. Au cours de la phase suivante des négociations, il conviendrait de convenir d’une annexe au document principal, précisant cette relation. </Le document, de 26 pages et 147 sections, a reçu l’approbation préliminaire de Londres et sera maintenant examiné par les 27 gouvernements, d’où il est attendu une réponse demain vendredi . En cas d’unanimité, Juncker se réunira à nouveau en mai samedi et le pacte Brexit pourrait être provisoirement clôturé, en attendant uniquement la réunion du Conseil européen de dimanche.

La période de sortie transitoire est initialement prévue entre le 30 mars 2019 (le lendemain de Brexit) et le 31 décembre 2020. La Commission propose que ce délai puisse être prolongé d’un ou deux ans au maximum, une décision devant être prise à la mi-2020 à la demande du Royaume-Uni et avec l’accord de l’UE. Pendant toute la durée de cette transition, Londres doit se conformer au droit communautaire et à la jurisprudence de la Cour de justice des Communautés européennes. En outre, à partir de 2021, une contribution financière de Londres aux coffres de la Communauté devra être négociée pour chaque année pendant laquelle le Royaume-Uni maintient son accès au marché intérieur européen. </La Déclaration offre à Londres une relation exceptionnelle dans tous les domaines, du commerce à la coopération judiciaire, de la politique de défense à la politique étrangère. Le texte reconnaît en outre qu’à l’avenir, ces domaines “pourraient être étendus au-delà de ce qui est décrit dans la présente Déclaration politique”. May accepte une facture de près de 50 milliards d’euros et reconnaît indéfiniment les droits de près de quatre millions d’Européens résidant sur le sol britannique, tout en reconnaissant la possibilité d’un accord d’association entre le Royaume-Uni et l’UE à l’avenir, qui relègue le Royaume-Uni au statut de candidat à l’UE comme le Maroc ou l’Ukraine.

données

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *