L’OTAN prévient qu’elle défendra la Suède et la Norvège contre la Russie

Publié par Jerome le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

En 2015, la série télévisée “Okkupert” (“Occupée” au niveau international) décrit l’invasion de la Norvège par les forces russes. Tout cela, à la demande de l’UE et suite à la décision du pays nordique d’arrêter sa production de pétrole brut et de gaz en raison du changement climatique.

Une invasion russe possible ?

Une telle action étant peu probable, une autre question se pose dans la région arctique : la fonte peut-elle générer une escalade militaire pour contrôler les ressources naturelles ou les routes commerciales ?

Dans l’Arctique, il y a huit acteurs principaux, les pays côtiers : cinq de l’OTAN (Norvège, Etats-Unis, Canada, Islande et Danemark avec le Groenland), deux partenaires proches de cette organisation militaire (Suède et Finlande) et la Russie.

De ce nombre, la Russie est celle qui a pris le plus au sérieux sa présence militaire : la flotte russe de brise-glace compte 61 navires, dont 10 sont en construction ; la Norvège en compte 11 ; en outre, l’armée russe compte une vingtaine de bases militaires sur son territoire, surprenant en 2016 avec la construction d’un grand complexe militaire de 14 000 mètres carrés sur l’île Tierra de Alexandra.

“Pour être réaliste, la Norvège ne peut pas exercer seule la dissuasion. C’est pourquoi notre adhésion à l’OTAN est la pierre angulaire de notre système de sécurité “, a déclaré hier le ministre norvégien de la Défense, Frank Bakke-Jense, peu avant d’assister à une démonstration de ” Trident Juncture 18 “, la plus grande manœuvre de l’Alliance Atlantique depuis la fin de la Guerre froide (25 octobre-7 novembre).

Pas moins de 50 000 soldats, 10 000 véhicules militaires, 250 avions et 65 navires de 31 pays (dont la Suède et la Finlande) ont été déployés pour former et coordonner une opération de défense collective dans laquelle des pays viennent au secours d’un État membre qui a été envahi. Le déploiement comprend 1 800 Espagnols.

Hier, lors de la journée ouverte à la presse, l’OTAN n’a épargné aucune ressource sur une petite plage de Byneset, près de la ville de Trondheim, un bastion militaire de l’époque viking.

Treize navires, quelques sous-marins inaperçus, cinq péniches de débarquement, des hélicoptères Tigre, Blackhawk, Osprey ou NH-90, toutes sortes de chasseurs (dont deux F-18 espagnols), un char Léopard et des véhicules blindés ainsi que 3 000 soldats battant pavillon de l’OTAN sont arrivés devant cette ville idyllique pour la sauver d’une “invasion”. Une émission d’une heure.

Le Secrétaire général de l’OTAN, également norvégien Jens Stoltenberg, a tenu à souligner que ” l’exercice n’était pas contre qui que ce soit, mais avait pour seul objectif de démontrer que l’OTAN est prête à protéger chacun de ses alliés “.

Toutefois, l’annonce faite par la Russie qu’elle procédera prochainement à un essai de missiles à partir de frégates dans les eaux internationales proches de la Norvège a rendu la conférence de presse plus rare. “Nous ne sommes pas dans une guerre froide “, a fait remarquer M. Stoltenberg, qui s’est également intéressé aux questions arctiques : ” Nous disons généralement pôle Nord, faibles tensions. Nous devons éviter les tensions. Nous devons travailler avec la Russie au Conseil de l’Arctique.

Après les autres fronts où se déroule la nouvelle guerre froide entre l’OTAN et la Russie (Baltique, Syrie, théâtre ukrainien, mer Noire, sous-marins méditerranéens, Syrie ou cyberespace), la région Arctique pourrait être ajoutée à la liste. Le dégel pourrait ouvrir la voie à la lutte contre les intérêts dans l’Arctique.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *