L’Irlande abolit le blasphème par référendum et réélit son président

Publié par Jerome le octobre 28, 2018 | Maj le octobre 28, 2018

Soixante-cinq pour cent des Irlandais appelés aux urnes ont voté pour l’abolition du crime de blasphème, inscrit dans la Constitution en 1937. En outre, Michael Higgins a été réélu pour sept autres années à la présidence.
L’Irlande vote “oui” à la dépénalisation du blasphème. La loi sur la diffamation, inscrite dans la Constitution de 1937, est considérée comme obsolète par la majorité de la population irlandaise.

Qui pourrait être accusé de blasphème en Irlande ?

La loi de 1937 punit d’une amende pouvant aller jusqu’à 28 000 $ toute personne qui ” publie ou présente du matériel grossièrement injurieux ou insultant à l’égard de questions sacrées pour une religion, causant intentionnellement l’indignation d’un nombre important de fidèles de cette religion. Cependant, beaucoup considèrent que cette loi ne fait plus partie de cette époque. Les partis politiques irlandais, les groupes sociaux et les Églises catholique et protestante elles-mêmes ont soutenu le “oui” à l’abolition du blasphème.

Pour l’exécutif de Dublin, la dérogation représente une “étape importante” pour l’Irlande dans l’amélioration de sa “réputation internationale”.

Le débat a pris de l’intérêt il y a trois ans, lorsque la police a analysé les déclarations faites à la télévision irlandaise par le réalisateur et humoriste britannique Stephen Fry, qui a dit que Dieu est “capricieux”, “méchant” et “absolument fou”.

Enfin, Fry n’a pas été poursuivi, car les autorités ont déterminé que ses commentaires n’avaient pas indigné un grand nombre de personnes.

L’OSCE a appelé à suivre l’exemple de l’Irlande

Pour sa part, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a assuré que le résultat du vote est un pas positif pour la liberté d’expression. “Je félicite le peuple irlandais pour cette décision”, a déclaré Harlem Désir, représentant de l’OSCE pour la liberté de la presse.

Bashem continue d’être un crime dans 16 pays membres de Bashemia. Désir n’a pas hésité à appeler ces Etats à suivre l’exemple de l’Irlande, car, selon le représentant de l’OSCE, de telles lois “sont incompatibles avec les normes internationales sur la liberté d’expression”.

Michael Higgins, réélu pour rester encore sept ans à la présidence

Le jour du référendum, l’Irlande a voté pour élire un nouveau président, un poste qui est principalement représentatif et honoraire. Michael Higgins, un candidat travailliste de 77 ans, a gagné avec 55,8 pour cent des voix, largement sur son adversaire, Peter Casey, qui a gagné 23 pour cent.

“Les gens ont pris une décision quant à la version du caractère irlandais qu’ils veulent voir reflétée ici et à l’étranger. C’est l’espoir qu’il souhaite partager, plutôt que toute tentative d’exploiter la division et la peur, a dit M. Higgins dans son discours d’acceptation.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *