L’Iran et la Russie vont envoyer des navires et des avions au Venezuela pour dissuader Trump.

Publié par Simon Taquet le décembre 12, 2018 | Maj le décembre 12, 2018

 

Le Venezuela est la clé sur laquelle l’Iran et la Russie insistent lorsqu’ils se sentent pressés par les États-Unis et qu’ils veulent faire de même près de leurs frontières. Bien qu’elle soit “utilisée”, elle sert au gouvernement vénézuélien pour tenter de dissuader Washington de tout plan d’invasion hypothétique visant à renverser le régime Chavez.

Maintenant que l’Iran souffre à nouveau des sanctions imposées par Washington, cette république islamique s’intéresse une fois encore au Venezuela, comme ce fut le cas lorsque les sanctions précédentes ont pris fin, sous le mandat d’Ahmadinejad. Il en va de même pour la Russie, qui est maintenant contestée pour son expansionnisme en Ukraine – la mer Noire annonce qu’elle enverra des avions et des navires au Venezuela, comme elle l’a fait en 2008 après avoir affronté la Géorgie dans un conflit soutenu par les États-Unis.

Iran : mission militaire pendant cinq mois

” Parmi nos plans pour l’avenir proche, nous prévoyons d’envoyer deux ou trois navires avec des hélicoptères spéciaux au Venezuela pour une mission qui pourrait durer cinq mois “, a annoncé le contre-amiral Touraj Hassani Moqaddam, deuxième de la marine iranienne au début du mois.

Cette mission, selon les autorités iraniennes, pourrait inclure le nouveau destroyer Sahand, présenté le même jour à la base de Bandar Abbas à l’embouchure du golfe Persique. Ce navire, construit en Iran, a des “capacités cachées”, selon le chef des chantiers navals de la marine iranienne, le contre-amiral Alireza Sheikhi. Tout indique qu’il est activé avec des propriétés furtives pour échapper à la détection radar. Le navire dispose d’une autonomie de mouvement de cinq mois sans ravitaillement, est équipé d’une plate-forme d’atterrissage d’hélicoptères et a la capacité de lancer des missiles.

Téhéran renforce ses relations avec le Venezuela avant les sanctions imposées par l’Administration Trump. Cela réitère la stratégie qu’elle a suivie lorsque les sanctions précédentes, qui avaient également été promues par les États-Unis, mais qui ont ensuite été adoptées dans le cadre des Nations unies, ont exercé d’énormes pressions sur le régime iranien. Les manœuvres entre les présidents Hugo Chavez et Mahmoud Ahmadinejad ont permis à l’Iran de tenir tête à Washington dans sa ” cour arrière ” et de créer un réseau de structures commerciales et bancaires pour obtenir des devises étrangères et échapper à certaines sanctions économiques. La relation que Chavez a alors établie avec le groupe terroriste Hezbollah, ouvrant la porte au Venezuela (et au monde, par le biais de faux passeports), a eu une médiation iranienne et remonte à ce moment.

Russie : envoyer des avions et des navires

Le ministre russe de la Défense, Sergey Shoigu, a annoncé jeudi dernier, dans le cadre de sa rencontre à Moscou avec Vladimir Padrino Lopez, que des avions et navires russes feront prochainement escale au Venezuela. Il a indiqué que ces escales aux bases aériennes et aux ports vénézuéliens font partie de la coopération militaire bilatérale entre les deux pays, ce que Shoigú a laissé entendre qu’elle sera renforcée, mais il n’a pas donné de détails. En 2008, la visite au Venezuela de bombardiers stratégiques Tu-160 et d’un paquebot de croisière chargé de missiles a créé de la nervosité à Washington. Cette année-là marque la réactivation par les États-Unis de leur quatrième flotte, qui avait été dissoute en 1950, dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Bien que consacrée à l’hémisphère occidental, la IVe Flotte concentre son attention en particulier sur la sécurité dans la Grande Caraïbe, où le Venezuela peut servir de plate-forme aux puissances souhaitant perturber les Etats-Unis.

Ces dernières semaines, le Venezuela a également été bordé par d’autres puissances qui ne sont pas en très bons termes avec les Etats-Unis. En septembre, il a été visité par un navire-hôpital chinois, l’Arche de la paix, qui devait contrecarrer l’effet médiatique de la visite d’un navire américain similaire, le Confort, envoyé en Colombie pour accueillir des réfugiés vénézuéliens dans ce pays. La semaine dernière, Nicolas Maduro était l’invité du Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan.

Le Brésil encourage le changement de régime

Dans ses récents contacts avec les dirigeants de Russie, de Chine, d’Iran et de Turquie, Maduro n’a pas atteint son objectif de recevoir des crédits pour alléger la faillite du gouvernement vénézuélien (les plus “généreux” ont été les russes, mais en tirant avantage des investissements pétroliers et non des prêts directs comme Maduro voulait les faire).

Cependant, Maduro parvient au moins à apparaître sur des photos avec d’importants partenaires étrangers et avertit l’administration de Trump que toute agression américaine peut lui coûter sur le plan international.

La possibilité d’une invasion américaine, avec la participation d’autres pays d’Amérique du Sud, que Washington ne semble pas parrainer pour l’instant, a été encouragé ces derniers jours par Eduardo Bolsonaro, fils du président élu du Brésil et député élu lors des récentes élections brésiliennes. “La prochaine opération de paix du Brésil aura lieu au Venezuela. Nous allons libérer nos frères de la faim et du socialisme. La meilleure solution à la crise migratoire dans laquelle nous vivons est la sortie de Maduro du pouvoir”, a-t-il dit.

Noter cet article
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *