L’impressionnant transfert de la capsule Hyperloop de Cadix à Toulouse

Publié par Simon Taquet le janvier 24, 2019 | Maj le janvier 24, 2019

Airtificial a déjà fait certains de ses travaux. Et ça n’a pas été facile. La compagnie espagnole a déjà envoyé la capsule Hyperloop, le train supersonique du futur, à Toulouse. C’est dans la ville française où Hyperloop Transportation Technologies a son centre de recherche et de développement pour le test final du prototype, avant de lancer le projet pilote que la société américaine réalisera à Abu Dhabi.

La capsule Hyperloop

Le transfert de cette capsule “intelligente” a été une véritable opération de transfert de génie chirurgical. Dans son usine d’El Puerto de Santa María (Cadix), Airtificial a dû utiliser deux grues de haute précision pour charger les 32 mètres de long, presque trois mètres de haut et 5.500 kilos de poids de la structure intelligente, qui arrivera à destination en trois jours.

La capsule, capable de recevoir un petit nombre de passagers, est équipée de 72 capteurs, reliés entre eux par fibre optique, qui transmettent en temps réel à un ordinateur central les informations concernant le fonctionnement de la structure. De même, des accéléromètres et des capteurs de vibrations ont été incorporés pour garantir une bonne manutention tout au long du transfert.

Airtificial, après plus d’un mois d’études et de travaux rigoureux, a équipé son usine d’El Puerto de deux grues de haute précision pour le transfert des structures complexes et plus de cinquante opérateurs pour préparer le processus complet et installer la capsule Hyperloop dans un camion de transport spécial conditionné pour ce transfert complexe. Les deux grandes difficultés de cet envoi résident dans la taille et le poids de la structure ainsi que dans le transport et la manutention de la capsule, en fibre de carbone et équipée de capteurs intelligents.

Un travail minutieux

La société emploie plus de 30 personnes.000 heures de travail dans le développement, la fabrication et l’assemblage d’une capsule capable de se déplacer à plus de 1 200 kilomètres à l’heure dans un tube à vide en utilisant la technique de la lévitation magnétique et des inducteurs magnétiques entraînés.

Les capteurs de capsule transmettent, en temps réel, toutes les informations à un système informatique central. Ainsi, le comportement dynamique et structurel de la structure peut être surveillé, de sorte qu’il est possible de savoir actuellement si les contraintes qu’elle subit se situent dans les paramètres de fonctionnement normaux.

Airtificial travaille depuis presque deux ans pour faire de ce projet une réalité. En fait, en octobre dernier, ils ont présenté la première capsule pour l’Hyperloop, une référence mondiale “made in Spain”, puisqu’il s’agissait de la première capsule passagers grandeur nature du train supersonique.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *