Comment limiter le réchauffement climatique à 2°C ?

Publié par Simon Taquet le novembre 30, 2018 | Maj le novembre 30, 2018

Le rapport montre qu’en 2017 les émissions de gaz à effet de serre ont encore augmenté après trois ans de stabilité. C’est pourquoi les auteurs insistent sur la nécessité urgente de commencer à les réduire d’ici 2030 afin d’atteindre l’objectif de 2°C.

Si les tendances actuelles se poursuivent, les experts préviennent que le réchauffement climatique sera de 3°C à la fin du siècle. Le rapport, présenté à Paris quelques jours seulement avant le début de la 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24), qui se tiendra en Pologne à partir du 3 décembre, montre qu’en 2017, les émissions mondiales ont atteint des niveaux historiques de 53,5 gigatonnes d’équivalent dioxyde de carbone (GtCO2e) et que ” rien ne prouve que ces émissions vont commencer à diminuer dans les prochaines années “, déplore les auteurs.

Seulement 57 pays sont en voie d’amorcer une tendance à la baisse d’ici 2030, souligne l’étude. En général, si l’on veut que le monde soit sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 2°C, d’ici 2030, les émissions mondiales de GES doivent être inférieures d’environ 25% à celles de 2017.

Il est possible de combler l’écart

” La science est claire : les gouvernements doivent agir plus vite et plus vite. La bonne nouvelle, c’est que nous avons tous les moyens à notre disposition pour éteindre l’incendie “, déclare Joyce Msuya, Directrice exécutive adjointe de l’ONU pour l’environnement.

Alors que les auteurs soulignent qu’il est encore possible de combler l’écart des émissions et de maintenir le réchauffement climatique sous les 2°C, l’évaluation lance un avertissement clair : le type de mesures drastiques et à grande échelle que nous devons prendre d’urgence reste à venir.

A cet égard, les auteurs proposent une feuille de route pour la mise en œuvre de mesures de transformation de la politique fiscale, du domaine de l’innovation et de l’action climatique du secteur privé et infranational, dont le rapport fait un examen complet.

Le type d’action drastique et à grande échelle dont nous avons un besoin urgent pour gérer le changement climatique doit encore être envisagé

Les administrations municipales, régionales et nationales, les entreprises, les investisseurs, les universités et les organisations de la société civile, qui sont des éléments clés de la réussite des objectifs mondiaux. Bien que les estimations du potentiel de réduction des émissions de ces secteurs varient considérablement, certains mentionnent jusqu’à 19 GtCO2e d’ici 2030, ce qui serait suffisant pour combler l’écart de 2°C.

Ce scénario, accompagné d’une politique fiscale soigneusement conçue, présente un potentiel encore plus important. “Lorsque les gouvernements adoptent des taxes sur les combustibles fossiles et des mesures fiscales pour subventionner des solutions de rechange à faibles émissions, ils peuvent stimuler les bons investissements dans le secteur de l’énergie et réduire considérablement les émissions de carbone “, affirme Jian Liu, un scientifique de l’environnement des Nations Unies.

“Heureusement, la possibilité d’utiliser la politique fiscale comme incitation est de plus en plus reconnue. Cinquante et une initiatives de tarification du carbone couvrant environ 15 % des émissions mondiales sont déjà en place ou prévues. Si toutes les subventions aux combustibles fossiles étaient éliminées, les émissions mondiales de carbone pourraient être réduites de 10 % d’ici 2030. Il est également essentiel de fixer le juste prix du carbone. Avec 70 dollars par tonne de CO2, il est possible dans certains pays de réduire les émissions jusqu’à 40 % “, ajoute Liu.

L’absorption des risques par le secteur public permettrait de commercialiser des technologies à faible émission de carbone

Enfin, le rapport décrit cinq principes clés pour accélérer l’innovation à faible émission, comme l’absorption des risques dans le secteur public pour rendre possible la commercialisation des technologies.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *