L’extorsion des gangs entrave le développement économique de l’Amérique centrale

Publié par Simon Taquet le novembre 22, 2018 | Maj le novembre 22, 2018

La principale raison invoquée pour demander asile aux États-Unis par les migrants arrivant du Triangle d’Amérique centrale ? El Salvador, Honduras et Guatemala ? est la violence des maras. Et c’est surtout l’extorsion qui est à l’origine du financement de ces gangs violents qui, avec plus de 100 000 membres dans les trois pays, sont depuis longtemps un problème grave et difficile à résoudre.

Bien que la principale raison invoquée par les Centraméricains du Triangle Nord pour quitter leur pays et se rendre aux Etats-Unis soit d’ordre économique (environ 60% affirment vouloir trouver de meilleures opportunités économiques ), la situation de menaces, d’extorsion et de violence provoquée par les maras augmente sensiblement ce flux (environ 25% affirment cette raison pour quitter El Salvador et Honduras ; légèrement moins dans le cas du Guatemala où le phénomène des bandes a moins de présence). Selon un rapport du Dialogue interaméricain, le principal groupe de réflexion américain consacré au reste du continent, toute augmentation du nombre d’homicides, qui est l’un des plus élevés au monde ( au cours de la dernière décennie, il y a eu environ 40 homicides par jour dans les trois pays combinés ), entraîne une augmentation substantielle du nombre de migrants. Ainsi, une augmentation de 1% des homicides signifie une augmentation de 188% de l’émigration au Salvador, 120% au Honduras et 100% au Guatemala.

Rapports d’extorsion

Selon les chiffres officiels, beaucoup d’entre eux n’ont pas été mis à jour, le Triangle Nord compte environ 111 000 membres de maras, qui sont essentiellement deux : Mara Salvatruchas ou MS13 et Barrio 18 , structuré en sous-groupes, avec organisation autonome dans chaque pays (également indépendante de leurs homonymes aux Etats-Unis, dont ils proviennent). Le Salvador compte environ 60 000 membres de gangs, le Honduras 36 000 et le Guatemala 15 000.

La présence accrue de membres de gangs au Salvador rend également le niveau d’extorsion plus élevé dans ce pays. Le rapport susmentionné indique que 42 % des petites entreprises salvadoriennes sont extorquées , et qu’au Honduras et au Guatemala au moins trois cas d’extorsion sont signalés chaque jour. En El Salvador, le nombre de plaintes a doublé, avec plus de 2 500 en 2014, selon la Police nationale civile (PNC).

Bien qu’au Salvador le nombre de plaintes ait diminué de près de moitié depuis le pic atteint en 2009, comme le montre une étude de la PNC, le journaliste Roberto Valencia prévient que c’est parce qu’il y a eu une “institutionnalisation” du paiement, de sorte que beaucoup l’ont intégré dans leurs dépenses normales et ont cessé de signaler . Il estime qu’en réalité, la pression de l’extorsion n’a pas diminué. Valencia, journaliste de “El Faro”, la publication salvadorienne de référence en journalisme d’investigation, vient de publier son dernier livre sur les maras, “Carta desde Zacatraz” (Lettre de Zacatraz). Étant donné la nature criminelle de cette collecte, il est difficile de quantifier le montant en cause. Un rapport de l’International Crisis Group en 2017 estimait que l’extorsion coûtait 756 millions de dollars par an aux entreprises du Salvador. Ce chiffre pourrait inclure, outre le montant strict de cette “taxe”, l’activité que les entreprises cessent d’exercer lorsque leur capital est réduit. Pour sa part, l’étude susmentionnée de la Police civile nationale salvadorienne fixe le montant maximal de l’extorsion à 240 millions de dollars par an.

Le financement des maras

L’extorsion est le principal financement des maras, qui, comme le souligne Valence, ne sont pas des annexes des principaux groupes criminels organisés de la région, comme les cartels de la drogue. Avec ce “loyer”, comme ils l’appellent, ils paient tous les membres de leur ample structure, de telle sorte qu’en réalité elle atteint peu chacun. En fait, “le leader qui s’est réservé des fonds et que les autorités présentent comme quelqu’un qui est devenu riche, au mieux vit dans des conditions de classe moyenne (classe moyenne au Salvador), rien à voir avec les grands groupes criminels latino-américains,” dit Roberto Valencia.

Selon les informations fournies à Valence par un commissaire de la Police nationale civile, à la mi-2017, les maras du Salvador comptaient 64 587 membres , dont 43 151 dans la rue et 21 436 en prison (non moins actifs).

Bien que ce chiffre soit déjà élevé, puisqu’il représente 1% de la population du pays, qui compte un peu plus de 6 millions d’habitants ( si un maximum de 20 000 combattants des FARC , par exemple, mettent l’Etat colombien dans les cordes, où en serait-il avec une militance de 1%, soit 400.000 guérillas ? Ce nombre doit être multiplié par quatre ou cinq “, dit Valencia, car il faudrait inclure non seulement les membres des gangs, mais aussi les personnes qui les entourent, qui participent à leurs activités criminelles en tant que collaborateurs, justiciers, employés des bureaux de poste et autres fonctions. “On parle de 300 000 personnes”, 5% de la population du Salvador.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *