L’ex-femme et ministre de Hollande révèle des commentaires grossiers de Valls à Macron

Publié par Jerome le novembre 1, 2018 | Maj le novembre 1, 2018

Ségolène Royal, ancienne ministre socialiste, mère des quatre enfants de François Hollande, ancien président de la République, a rendu publics de rares affrontements entre Manuel Valls, ancien premier ministre, et Emmanuel Macron, son ancien ministre de l’économie, avant d’être élu président.

L’inamitié entre Valls et Macron

Macron, Valls et Royal étaient membres du même gouvernement de Hollande, entre 2014 et 2016, jusqu’à ce que le président actuel décide de démissionner pour commencer la campagne électorale victorieuse qui s’est terminée par la conquête de l’Elysée, un an plus tard.

Royal dit qu’Emmanuel Macron s’est permis quelques critiques voilées de la politique économique du couple Hollande (président) et Valls (premier ministre), affirmant, dans une interview, que “la croissance économique est très modeste, à moitié mât”.

Selon l’ancien ministre socialiste, la phrase exacte, en français, était : “La croissance est en berne”. Traduction : “Croissance en berne.” Alors que le couple Hollande-Valls s’enfonçait irrémédiablement dans les sondages, le premier ministre de l’époque (Valls) n’hésita pas à “interroger” son ministre des Finances (Macron), en ces termes : “Et ta queue, elle est en berne…”. La phrase d’une vulgarité pitoyable dans la partie basse de la ville, qui a cette traduction : “Est-ce que ton p ? est en berne ?”.

Ségolène Royal raconte l’anecdote dans un livre intitulé “Ce que je peux enfin vous dire”. L’ancien ministre ne fait pas de révélations spectaculaires à l’arrière-plan. Au-delà de la vulgarité évidente, l’anecdote sur le couple Valls-Macron a plusieurs dimensions politiques d’une certaine importance.

Selon Royal, Macron n’a pas répondu publiquement à la question zafia de son premier ministre, mais, en raison de son profil bas, il n’a pas cessé de réagir en disant d’une voix basse : “Si vous voulez la guerre, vous l’aurez. Royal prétend avoir entendu cette réponse elle-même.

Lorsque Valls a été battu dans les primaires socialistes de janvier 2017, il a commencé sa rupture avec le Parti socialiste (PS), espérant, enfin, que Macron lui offrirait un poste de ministre. La brutalité du langage “intime” révèle des différences personnelles d’une portée fondamentale.

Sur un plan plus personnel, l’anecdote révélée par Royal met également en lumière une sensibilité verbale peu connue et redoutable de Manuel Valls, de portée politique non moins sensible.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *