L’Éthiopie entre dans l’histoire en nommant pour la première fois une femme présidente

Publié par Jerome le octobre 26, 2018 | Maj le octobre 26, 2018

L’Éthiopie est entrée dans l’histoire aujourd’hui en nommant le diplomate Sahlework Zewde (68 ans) président du pays, devenant ainsi la première femme à occuper le poste de chef de l’État éthiopien et la seule actuellement dans cette situation dans toute l’Afrique.

Une femme présidence en Ethiopie

“Nous devons bâtir une société qui rejette l’oppression des femmes “, a déclaré Mme Sahlework après avoir été élue à l’unanimité lors d’une séance conjointe des deux chambres du Parlement.

La nomination de Sahlework, jusqu’à présent représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, auprès de l’Union africaine (UA), fait suite à la démission de son prédécesseur, Mulatu Teshome, qui occupait depuis 2013 un poste qui en Ethiopie a une haute valeur représentative mais pas de pouvoir exécutif.

Les élections ont eu lieu une semaine après l’adoption par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed d’une réforme historique du gouvernement qui a réduit le nombre de portefeuilles et prévu que la moitié soit occupée par des femmes.

Changement de ministères en Ethiopie

Depuis la semaine dernière, dix des vingt membres du nouveau gouvernement éthiopien sont des femmes, dont pour la première fois le ministre de la Défense, un portefeuille traditionnellement réservé aux hommes.

Le chef du cabinet du Premier ministre, Fitsum Arega, a fait remarquer que dans une ” société patriarcale ” comme la société éthiopienne, ” l’élection d’une femme à la tête de l’Etat non seulement établit une norme pour l’avenir, mais normalise également l’établissement des femmes comme décideurs dans la vie publique.

Après une longue carrière diplomatique, Sahlework a été directrice générale de l’ONU dans ses bureaux de Nairobi jusqu’à ce qu’elle assume le rôle de représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU auprès de l’UA.

La diplomate avait démissionné de l’ONU plus tôt cette semaine pour ouvrir la voie à son élection à la présidence de l’Éthiopie.

Parmi les exceptions à cette réalité, citons la lauréate du prix Nobel de la paix Ellen Johnson-Sirleaf, la première femme à devenir chef d’État en Afrique, qui a gouverné le Libéria entre 2006 et 2018, ainsi que Joyce Banda, la deuxième femme à assumer cette fonction sur le continent et première dans son pays, le Malawi, entre 2012 et 2014.

L'actualité des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *