Les trois façons dont un accélérateur de particules pourrait détruire la Terre

Publié par Simon Taquet le janvier 29, 2019 | Maj le janvier 29, 2019

Le nouvel accélérateur, aura une circonférence de 100 kilomètres, au lieu des 27 kilomètres du LHC actuel, et atteindra une énergie de collision de 100 Tev (Teraelectronvolts) contre les 14 Tev auxquels l’accélérateur actuel peut atteindre sa puissance maximale.

un accélérateur de particules est dangereux ?

Et si la grande majorité des scientifiques sont absolument convaincus que ces installations sont sans danger, certains d’entre eux semblent tout à fait sûrs. La question, qui apparaît cycliquement dans les médias du monde entier, serait certainement moins préoccupante sans le fait que l’un des plus grands “dissidents” de la doctrine officielle est Martin Reese lui-même, professeur de cosmologie à l’Université de Cambridge et un des cosmologistes les plus prestigieux de notre temps.

Dans un livre publié fin 2018, On The Future : Prospects for Humanity, Rees explique, en effet, les trois façons dont un grand accélérateur de particules, tel que le LHC ou le Future Circular Collider (FCC), pourrait détruire complètement la Terre, ou même causer une véritable catastrophe aux proportions cosmiques.

Ce n’est pas la première fois que ces “dangers” sont mis en lumière, et déjà dans les années 2000 et 2003 les physiciens du CERN ont dû monter sur scène pour calmer une véritable marée de citoyens sérieusement concernés.

Le trou noir et les “strangelets”

Le premier scénario, le plus connu de tous, se produit si un accélérateur, pendant son activité, faisait apparaître un trou noir. “Il se peut qu’un trou noir se forme -écrit Rees- et commence à avaler tout ce qui l’entoure”. Si quelque chose comme cela se produisait vraiment, notre monde entier serait absorbé en quelques minutes, et là où la Terre se tenait autrefois, il n’y aurait qu’un trou noir prêt à continuer à dévorer tout ce qu’il trouve.

“La deuxième possibilité – poursuit le cosmologiste – est que les quarks (les composants fondamentaux des particules comme les protons et neutrons) seraient rassemblés en d’autres objets comprimés de manière dense appelés “strangelets”. Selon Rees, “ce fait, en soi, serait inoffensif. Cependant, selon certaines hypothèses, un strangelet pourrait, par contagion, transformer tout ce qu’il trouve en une forme nouvelle (et exotique) de matière, transformant la Terre entière en une sphère hyperdense de quelques centaines de mètres de diamètre seulement. Ce qui correspondrait plus ou moins à la taille d’un terrain de football.

Mais ce n’est pas tout. Pour Rees, en effet, la troisième façon dont un accélérateur de particules pourrait détruire la Terre serait, si possible, bien pire, car ce serait “une catastrophe qui avalerait l’espace lui-même”.

For Rees, en effet, “vide espace, ou ce que les physiciens appellent ´vacío´, est bien plus que rien. C’est le cadre de tout ce qui se passe. Et il a, latent à l’intérieur, toutes les forces et les particules qui gouvernent le monde physique. Mais ce vide pourrait s’avérer fragile et instable.

“Certains – poursuit le cosmologiste – ont spéculé sur le fait que l’énergie concentrée qui est créée lorsque les particules entrent en collision les unes avec les autres (dans un accélérateur), pourrait déclencher un ´transición de fase´que déchirerait le tissu spatial. Et ce serait une calamité cosmique, pas seulement terrestre.

Il n’y a pas de danger avec l’accélérateur de particules

La vérité est que rien de tout cela ne semble trop bien…. Cependant, comme cela a été dit, le Groupe d’évaluation de la sécurité du LHC (LSAG) reste ferme dans ses conclusions de 2003 et assure que le grand collisionneur, et donc ses successeurs, “ne représente pas un danger et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter”.

L’un des arguments du LSAG est que la nature elle-même a fait, au cours de la longue histoire de l’Univers, une fois et mille fois ce que font les accélérateurs lorsque les physiciens font entrer en collision des particules en eux. Et rien n’est jamais arrivé à la Terre. Les rayons cosmiques, par exemple, qui bombardent continuellement notre planète, sont fondamentalement des versions naturelles de ce que font les accélérateurs.

Stephen Hawking lui-même était convaincu de la sécurité absolue de ces machines géantes : “Les collisions qui libèrent la plus grande quantité d’énergie”, disait un physicien britannique brillant, “se produisent des millions de fois par jour dans l’atmosphère terrestre (par rapport aux rayons cosmiques mentionnés ci-dessus,” et rien de terrible ne s’est produit.

En ce qui concerne les “strangelests”, la question s’est déjà posée aux Etats-Unis en 2000, juste avant le lancement du Relativistic Heavy Ion Collider (RHIC), dont l’une des missions était précisément de trouver ces étranges particules de “matière exotique”. Après presque une décennie de fonctionnement, cependant, pas un seul d’entre eux n’est apparu.

“Innovation”, écrit Rees dans son livre, “est souvent dangereux, mais si nous ne prenons pas les risques, nous risquons de perdre les bénéfices. Cependant, les physiciens doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils réalisent des expériences qui génèrent des conditions sans précédent, même dans l’Univers. Beaucoup d’entre nous sont enclins à considérer ces risques comme de la science-fiction, mais nous pensons qu’ils ne peuvent être ignorés, même s’ils sont considérés comme hautement improbables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *