Depuis des décennies, les scientifiques s’intéressent à clarifier pourquoi de nombreux vertébrés, surtout chez les mammifères, sont devenus monogames. quel est l’avantage pour un mâle d’être avec une seule femelle s’il peut produire une descendance (et ainsi élargir son matériel génétique) avec d’autres dans une même saison de reproduction ? pourquoi ce même mâle décide de s’en tenir à un partenaire qui sera forcée à une longue gestation ? L’exemple le plus célèbre est celui des souris des prairies (Microtus ochrogaster) dont les articulations sont si fortes qu’elles durent toute une vie.

Il y a deux hypothèses fondamentales

Des dizaines d’études ont cherché à répondre à ces questions. Il y a deux hypothèses fondamentales : l’une est que la formation de couples augmente la santé de la progéniture grâce aux soins des deux parents. L’autre, défendue dans la revue Science il y a quelques années par des chercheurs de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni, indique que l’union protège les femmes. Aujourd’hui, une nouvelle étude génétique intéressante qui s’étend sur 450 millions d’années a permis de découvrir quelque chose de surprenant. Apparemment, selon ses conclusions, il existe une recette universelle pour des créatures fidèles.

Le rapport, publié dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), définit la monogamie chez les animaux comme la formation d’un lien de couple avec un compagnon pendant au moins une saison de reproduction, partageant tout ou partie du travail d’éducation des enfants et les protégeant des prédateurs et autres dangers. Les chercheurs considèrent encore les animaux monogames s’ils s’accouplent occasionnellement avec d’autres.

Dix espèces

Avec cette approche, les scientifiques ont analysé cinq paires d’espèces vertébrées étroitement liées : quatre mammifères, deux oiseaux, deux grenouilles et deux poissons, chacun ayant un membre monogame et un membre non-monogame. Ce n’était pas facile d’avoir les animaux. Les oiseaux chanteurs viennent de Roumanie et les poissons sont des cycles du lac Tanganyika en Afrique.

Ces cinq paires représentent cinq occasions dans l’évolution des vertébrés où la monogamie est apparue indépendamment, comme lorsque les souris de champ non monogames et leurs parents proches étaient divisés en deux espèces distinctes. Notre étude couvre 450 millions d’années d’évolution, c’est-à-dire l’époque où toutes ces espèces partageaient un ancêtre commun, explique Rebecca Young, associée de recherche au Département de biologie intégrative d’Austin et première auteur de la recherche. Jamais auparavant un temps d’évolution aussi long n’avait été pris en compte. Nous voulions être audacieux, et peut-être un peu fous dans la nouvelle expérience, dit le neuroscientifique et co-auteur Hans Hofmann à Science.

Mémoire pour vous reconnaître

Les chercheurs ont comparé l’expression génétique du cerveau des hommes des dix espèces pour déterminer les changements survenus dans chaque transition évolutionnaire. Et malgré la complexité de la monogamie en tant que comportement, ils ont constaté que les mêmes changements dans l’expression génétique se produisaient toujours. Plus précisément, ils ont trouvé 24 gènes avec des schémas d’expression similaires chez les mâles monogames. Chez eux, certains ensembles de gènes étaient plus susceptibles d’être activés ou désactivés que chez les espèces non monogames. Les scientifiques ont écarté d’autres raisons pour lesquelles ces animaux monogames pourraient avoir des modèles similaires d’expression génétique, y compris des environnements similaires ou des relations évolutives étroites.

Parmi les gènes les plus actifs chez les espèces monogames, certains sont impliqués dans le développement neuronal, la signalisation cellulaire, l’apprentissage et la mémoire. Les chercheurs pensent que les gènes qui rendent le cerveau plus adaptable et plus capable de se souvenir peuvent aussi aider les animaux à reconnaître leurs partenaires et à trouver leur présence gratifiante.

Fidélité humaine

La découverte suggère que des comportements sociaux aussi complexes que la fidélité peuvent être liés à la façon dont les gènes sont exprimés dans le cerveau. Et pendant des centaines de millions d’années, ces transitions vers des comportements aussi complexes se sont produites de la même façon à chaque fois. Quelque chose, reconnaît Young, que personne n’aurait attendu.

Les humains ont aussi tendance à choisir la monogamie, mais la culture, les normes sociales et les hypothèques jouent un rôle fondamental, peut-être aussi important (ou qui sait si plus) que biologique. Cependant, les chercheurs n’excluent pas que nous partagions également cette signature génétique du lien avec des souris, des poissons ou des grenouilles monogames.

Noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici